Un tribunal spécial a condamné jeudi le président d’un parti politique d’opposition et riche homme d’affaires, Sébastien Ajavon, actuellement en exil en France, à 20 ans de prison. Par la même occasion, un mandat d’arrêt international a été lancé contre la personne de l’opposant. La condamnation intervient dans une affaire de trafic de cocaïne.

Sébastien Ajavon écope de 20 ans de prison
Sébastien Ajavon écope de 20 ans de prison

“Aujourd’hui nous pouvons dire qu’il n’y a plus d’État de droit au Bénin”, a déclaré à l’AFP l’un de ses dix avocats, Me Julien Bensimhon, qui dénonce de graves irrégularités dans le système judiciaire, dont l’impossibilité d’avoir accès au dossier de son client ou d’avoir pu prendre la parole pour le défendre lors de ce procès qui a duré moins d’une heure.



« Nous nous y attendions, a renchéri Me Marc Bensimhon, un autre de ses avocats. M. Ajavon est désormais en exil [en France]. S’il rentre il sera incarcéré immédiatement. »

Le président du tribunal, Edouard Ignace Gangny, l’a également condamné à une amende de 5 millions de francs CFA (7 600 euros), suivant toutes les recommandations du parquet, et a appliqué la peine maximale.

M. Ajavon, qui a refusé de se présenter à l’audience en dénonçant des fraudes dans le système judiciaire, est accusé de trafic de cocaïne à l’échelle internationale après la découverte, en octobre 2016, d’environ 18 kg de cocaïne pure d’une valeur estimée à 9 milliards de francs CFA (près de 14 millions d’euros) dans un conteneur destiné à l’une de ses sociétés.