L’ex-président de la Commission de la CEDEAO n’a pas été autorité à rendre visite à l’ex-chef d’État Boni Yayi dont le domicile est sous surveillance policière depuis les violences post-électorales. Interrogé par Rfi, Marcel De Souza raconte sa mésaventure du samedi 18 mai 2019 alors qu’il voulait rendre visite à Boni Yayi, l’époux de sa sœur Chantal Yayi.

Il n’est toujours par facile pour les proches de l’ex-président Boni Yayi de lui rendre visite. Malgré les déclarations du ministre de la justice qui faisait croire que Boni Yayi pouvait recevoir des visites et sortir comme il veut, la situation semble bien se compliquer du côté de Cadjèhoun. Marcel De Souza en a fait l’amer constat ce jour et dénonce avec vigueur le traitement infligé à Boni Yayi.



Selon ses propos, les policiers en faction devant la ruelle menant au domicile de l’ex-chef l’ont empêché d’avoir accès à la maison. Il se pose alors des questions sur la situation de sa soeur et son mari. « Sont-ils en résidence surveillée ? Sont-ils en prison? », se demande-t-il. La seule chose que les policiers lui auraient dit c’est » qu’il ne peut pas passer ».

Du côté du Gouvernement, les autorités continuent de dire que Boni Yayi n’est pas en résidence surveillée, qu’il peut recevoir des visites et sortir comme il veut.

Avec Benin Web TV