in ,

Bill Gates : Cette broche colorée est-elle le signe du “nouvel ordre mondial” ?

La présence de cette broche colorée a été constatée régulièrement ces dernières années sur le revers de veston de plusieurs chefs d’État, d’organisation ou de personnalités publiques: Emmanuel Macron, Tedros Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, Bill Gates, etc.

 Il n’en fallait pas plus pour que sa récurrence alimente sur les réseaux sociaux (un exemple ci-dessus) les thèses complotistes selon lesquelles “les grands dirigeants du monde s’allieraient en vue de former une gouvernance mondiale”, relate LCI: le fameux “nouvel ordre mondial”.

Programme des Nations unies

En réalité, il s’agit tout simplement d’un programme des Nations unies et ces photos ont été capturées lors de divers événements organisés en marge de ce projet. La broche en question fait référence aux “Objectifs de développement durable”, le nom d’une série de défis définis par l’ONU pour préserver l’environnement, garantir un accès pour tous à l’eau potable, éradiquer la faim dans le monde, parvenir à l’égalité entre les sexes, etc.

“Goalkeepers”: le soutien de Bill Gates

Ces 17 objectifs mondiaux ont été adoptés lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2015 et sont entrés en vigueur au 1er janvier 2016. La fondation Bill & Melinda Gates soutient également ce vaste élan planétaire et a mis en place un programme intitulé “Goalkeepers”. C’est dans ce cadre que le fondateur de Microsoft a plusieurs fois arboré cette broche à 17 couleurs. Elle est d’ailleurs disponible à l’achat sur le site des Nations unies.

Objectifs non contraignants

Ces 17 objectifs ne sont pas “contraignants juridiquement” pour les États signataires “bien qu’ils soient fortement encouragés à mener des efforts pour parvenir à des résultats significatifs”, précise LCI.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Il se fait prendre avec plus de 5 kilos d’héroïne

États-Unis : Michelle Obama et Lebron James défendent une cause commune