Bitcoin, Ethereum, Polkadot… les 10 cryptomonnaies à connaître

Ces derniers temps, les cryptomonnaies ont connu un incroyable succès. La valeur du Bitcoin a atteint de nouveaux sommets, tout comme l’Ethereum, et beaucoup d’autres. En effet, les cryptomonnaies semblent, à long terme, promises à un bel avenir.

Il existe des milliers de monnaies cryptées, certaines valant seulement quelques centimes d’euros. Le principal rival de Bitcoin est Ethereum, qui a connu début janvier une progression spectaculaire. Polkadot, Cardano, Litecoin, Uniswap ou encore Chainlink sont d’autres acteurs majeurs du monde des cryptomonnaies. Petit tour d’horizon.

Bitcoin

Le Bitcoin est la star des cryptomonnaies, la première à avoir attiré l’attention du grand public. Crée en 2008, elle a fêté ses dix ans en 2018. Son inventeur, Satoshi Nakamoto, reste mystérieux. On ne sait pas s’il s’agit d’une personne ou d’un groupe de personnes. Cette inconnue correspond à la philosophie qui sous-tend le Bitcoin, à savoir fournir une monnaie totalement décentralisée, sans contrôle des Etats, d’une entreprise ou d’une personne.

Le Bitcoin, comme les autres cryptomonnaies, repose sur la technologie blockchain. Il s’agit d’une technologie de stockage et de transmission d’informations, fonctionnant sans organe central de contrôle. Lorsque deux utilisateurs échangent de la monnaie cryptée, ils sont les deux seuls à avoir accès à la transaction, ce qui représente un avantage certain en termes de sécurité.

Une blockchain peut être comparée à un livre de comptes, public et accessible en permanence, puisque l’intégralité des transactions effectuées depuis la toute première fois y sont listées.

Le nombre de Bitcoin en circulation est limité. Au final, vers 2140, la création de Bitcoin sera stoppée, et on comptera alors 21 millions d’unités.

Ethereum

Ethereum et sa monnaie, l’Ether, est l’une des cryptomonnaies les plus populaires, derrière Bitcoin.

L’entreprise Ethereum a été fondée en 2013 par un informaticien russo-canadien âgé à l’époque de 19 ans, Vitalik Buterin. Lancé le 30 juillet 2015, l’Ethereum, la plate-forme qui supporte l’Ether, a connu une forte augmentation de sa valeur depuis.

La force de l’Ethereum, par ailleurs comparable au Bitcoin, repose sur sa blockchain, la technologie sur laquelle il est basé. Celle-ci peut servir de base à une multiplicité d’applications, contrairement à celle du Bitcoin destinée uniquement aux transactions.

Ethereum permet ainsi de réaliser des « smart contracts », ou contrats intelligents, c’est-à-dire des contrats qui s’exécutent automatiquement lorsque les conditions sont remplies. Certains estiment que cela pourrait être encore plus révolutionnaire que l’intelligence artificielle, en modifiant et en améliorant radicalement la façon dont s’opèrent toutes les transactions.

La blockchain d’Ethereum pourrait ni plus ni moins remplacer les notaires, avocats ou autres en jouant le rôle de « tiers de confiance » lors d’une transaction, et en mettant en quelques secondes en place des contrats sans failles, de manière bien plus efficace qu’un humain.

Litecoin

Basé sur la technologie Bitcoin, le Litecoin est l’une des cryptomonnaies les plus connues. Crée en 2011 par Charles Lee, un ancien employé de Google, qui est parti du code source de Bitcoin (en open source), pour mettre au point son propre code, le Litecoin est une cryptomonnaie distribuée sous licence libre.

La blockchain sur laquelle est basée le Litecoin a ainsi été améliorée par rapport à celle du Bitcoin. Cela a notamment permis d’accélérer le processus de vérification et donc d’augmenter la rapidité des transactions, supérieure actuellement à celle de ses concurrents. Et les frais de transaction sont bien plus faibles que ceux du Bitcoin. Le Litecoin est ainsi particulièrement destiné aux transactions quotidiennes.

Comme le Bitcoin et la plupart des cryptomonnaies, le Litecoin sera produit dans un nombre limité. Le taux d’émission suit une série géométrique qui diminue de moitié tous les 840.000 blocs, et atteindra à terme 84 millions de Litecoins.

Polkadot

Lancée en 2017, Polkadot est l’une des cryptomonnaies qui a connu la plus forte progression ces derniers mois. Crée notamment par un ancien co-fondateur d’Ethereum, Gavin Wood, elle propose de connecter entre elles des blockchains différentes, dans un environnement sécurisé.

Par exemple, une blockchain privée contenant les données d’une école pourrait transmettre des preuves de vérification des diplômes à une blockchain publique, sans divulguer pour autant les informations qu’elle détient.

La plus petite unité de compte du réseau Polkadot est le Planck (la longueur de Planck, en physique, est la plus petite distance possible dans l’Univers physique).

Le projet Polkadot est en open source, ce qui signifie que quiconque souhaite apporter sa pierre à l’édifice peut le faire.

Chainlink

Avec Polkadot, Chainlink est la cryptomonnaie qui a connu l’engouement le plus fort ces derniers mois. Comme Ethereum, elle propose aux entreprises de mettre au point des contrats intelligents, mais elle a ajouté la possibilité d’inclure des données dans ces contrats qui ne figurent pas dans une blockchain.

Bitcoin cash

Surnommé « le vrai Bitcoin » par ses adeptes, le Bitcoin Cash est né le 1er août 2017 d’un schisme («hard fork») avec le Bitcoin. S’il est basé sur la même blockchain, il a longtemps revendiqué des transactions moins onéreuses que le Bitcoin. Mais s’il a un temps paru concurrencer le Bitcoin, il semble qu’il ait désormais perdu la bataille, au grand dam de ses zélotes.

Uniswap

Fonctionnant sur le blockchain Ethereum, Uniswap est le token issu de la plate-forme d’échanges décentralisée du même nom. Elle est particulièrement populaire car centrée sur la technologie decentralized finance (DeFi) et facile d’utilisation.

Créé fin 2018, Uniswap reste encore jeune, mais bénéficie de l’enthousiasme de nombreux investisseurs, ce qui a propulsé son token aux portes du top 10.

Dogecoin

Conçu par les ingénieurs informatiques Billy Marks et Jackson Palmer dès 2013, le Dogecoin a bénéficié d’un fort élan de sympathie, agrégeant autour d’elle une communauté fidèle, le forum qui lui est dédié sur Reddit réunit 781.000 abonnés.

Au départ, malgré le fait qu’elle soit tout à fait fonctionnelle, elle avait été imaginée comme une cryptomonnaie drôle, avec son logo représentant un chien Shiba, mais permettant aussi des transactions instantanées et sans frais bancaire.

Le Dogecoin a beaucoup fait parler de lui en ce début d’année 2021, puisqu’il a fait l’objet d’un investissement massif suite à l’appel du groupe WallStreetBets, qui s’était fait connaître quelques jours auparavant en faisant exploser le cours de l’action GameStop afin de contrer les fonds d’investissements qui avaient parié à la baisse sur le cours de cette chaîne américain de jeux vidéo.

En l’espace de 24 heures, la valeur du Dogecoin avait ainsi explosé, multipliée par plus de 800%.

Ripple

Le Ripple a la spécificité d’avoir le soutien des banques : UBS, UniCredit ou encore Santander utilisent déja sa blockchain, qui permet de transférer des fonds sans frais.

Rejeté par les « geeks » et les « cypherpunks », qui défendent les libertés individuelles et les monnaies cryptées comme solution pour sortir de l’ornière des institutions financières et des Etats, le Ripple est actuellement en pleine tourmente, car dans le viseur des gendarmes américains de la finance pour des questions juridiques.

Sa valeur a fortement baissé, et de nombreuses incertitudes demeurent.

Caedano (ADA)

Fondées par l’ancien PDG d’Ethereum Charles Hoskinson, Cardano et sa cryptomonnaie ADA est une blockchain comparable à Ethereum. Sa blockchain, basée sur un algorithme mathématique baptisé Ourobros, est censé rendre les transactions hautement sécurisées, rapides et fiables. Elle permet aussi le développement de contrats intelligents.

Avec Cnews.

Plus d'articles
Togo / Coronavirus : 1 nouveau décès ce mercredi 14 octobre