in ,

Boeing : après le 737 Max, des problèmes identifiés sur 2 autres modèles

Sale temps pour l’avionneur américain Boeing. Après le double accident du 737 MAX 8 (Lion Air et Ethiopian Airlines), pour lequel des défauts de fabrication sont pointés du doigt, d’autres problèmes sont révélés au grand jour.

Il s’agit de défauts retrouvés sur 2 autres modèles. Le premier, gamme civile, 787 Dreamliner, assemblés sur le site de Charleston en Caroline du Nord, a présenté un défaut au niveau des moteurs. Le second, militaire, utilisé pour le ravitaillement en vol et qui est dérivé du KC-46A Pegasus a présenté des corps étrangers dans des compartiments clos.

En effet, en février dernier, l’US Air Force a suspendu la réception des KC-46A. Les militaires américains ont détecté la présence de « corps étrangers » dans des « compartiments clos ».

Lire aussi : Les 4 personnalités clés de l’entourage du milliardaire soudanais Mo Ibrahim

La conception de l’avion n’était pas en cause, mais le processus de fabrication et le contrôle qualité posaient problème. Puis cette restriction fut levée, avant d’être de nouveau mise en place, le 23 mars.

Le sous-secrétaire à l’Air Force Will Roper s’est fâché et a exigé que Boeing livre les avions-citernes en respectant les délais et en s’assurant qu’aucun élément n’a été oublié sur la chaîne d’assemblage.

Ces pièces métalliques et des outils de chantier, enfermés dans des caissons de structure de l’avion, retrouvés sur deux appareils livrés auraient pu provoquer des dégâts lors d’un vol.

 Will Roper a prévenu Boeing que, désormais, les inspections lors des livraisons de KC-46A Pegasus seront poussées bien plus loin qu’habituellement. Le Pentagone a même prévu de retenir jusqu’à 28 millions de dollars par avion s’il ne répond pas au cahier des charges.

Il est à rappeler que suite aux accidents, Boeing est contraint d’immobiliser les modèles 737 MAX 8.




Ad Banque Atlantique

L’ONG WEP-Togo lauréate du prix international ‘La France s’engage’

USA Donald Trump attaque Twitter... sur Twitter

USA : Donald Trump attaque Twitter… sur Twitter