in ,

Boris Johnson accusé d’être infidèle : une nouvelle affaire extra-conjugale révélée

Depuis plusieurs années, Boris Johnson s’est taillé dans les médias une réputation de Don Juan, et a longtemps fait l’objet de rumeurs concernant une vie extra-conjugale à peine discrète. Et voilà que dans un nouveau livre explosif, le journaliste du Daily Mail Tom Bower révèle qu’en 2013, l’homme politique a eu une aventure d’un soir avec une femme “brune” dont l’identité est inconnue, alors qu’il se trouvait au Forum international de Davos, rapporte The Sun.

Un petit écart de conduite pour celui qui était alors maire de Londres, alors qu’il était toujours marié à Marina Wheeler, la mère de ses 4 enfants aînés, et avec qui il était marié depuis 1993, et de qui il vient de divorcer récemment.

A l’époque, il se trouve que Boris Johnson avait également une liaison avec l’entrepreneure de la tech, l’Américaine Jennifer Arcuri. Une liaison qui a bien failli le mener devant la justice, puisqu’en 2019 il avait été mis sous le coup d’une enquête pour des soupçons de conflit d’intérêts et de favoritisme après avoir accordé de grosses subventions prises dans les caisses de l’argent public.

Pas calmé pour autant, Boris Johnson a toujours conservé son image de coureur de jupons, enchaînant les liaisons, parfois même au risque de perdre sa place. Comme ce fut le cas dans les années 2000, lorsqu’il a été poussé à la démission par le parti conservateur dont il était le vice-président, pour sa liaison avec Petronella Wyatt. Même s’il avait à l’époque démenti, la presse avait continué de faire des révélations tonitruantes sur cette affaire. La journaliste était tombée enceinte et avait dû avorter. Ces déboires n’ont pas calmé le Premier ministre pour autant, puisqu’en 2018, c’est avec sa fiancée actuelle Carrie Symonds qu’il a entamé une liaison avant de divorcer quelques mois plus tard.

Source : Closermag




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Togo : la date du Forum national sur la gouvernance numérique annoncée

Elizabeth II : sa décision radicale vis-à-vis du prince Andrew