Crédit photo : amazon

Boxe : voici le nouveau détenteur du titre mondial de WBA

Pour la première fois depuis la pandémie mondiale de Coronavirus, un événement sportif a accueilli 70 000 spectateurs. À Arlington (Texas), le samedi 8 mai 2021, Souleymane Cissokho affrontait le boxeur anglais Kieron Conway pour tenter de décrocher la ceinture intercontinentale WBA. 

Le boxeur tricolore, qui n’a plus combattu depuis 18 mois, devait rapidement retrouver le rythme. « Je n’oublie pas que mon objectif est de devenir champion du monde. J’ai donc besoin de boxer, j’ai besoin de ceintures. C’est une exposition incroyable, devant 70.000 personnes, c’est un combat très attendu », avait-il indiqué.

Le super-welter Souleymane Cissokho s’apprêtait à franchir « une nouvelle étape » contre le Britannique Kieron Conway. « Il y a une ceinture WBA intercontinentale en jeu, cela vous place dans le top 15 mondial. Une fois dans ce classement, vous pouvez faire un championnat du monde. Cela peut aller très vite. Là, j’aurai une exposition incroyable devant environ 70 000 personnes. Alors je me lance à 100 % », avait estimé Souleymane Cissokho.

Le boxeur franco-sénégalais de 29 ans a été donné vainqueur par deux juges sur trois (92-97, 96-9395-94). il signe ainsi sa 13e victoire en autant de combats. En plein dans le combat, dès le coup d’envoi, Cissokho a enchaîné des jabs du gauche envoyés en pleine figure, qui ont fait saigner le nez de son adversaire dès la 3e reprise. C’est ainsi qu’il a vite pris le dessus au comptage. La victoire était déjà acquise. « C’est vraiment fou, j’ai vu des choses incroyables, je suis incroyablement content de ramener cette ceinture à la maison, et cela n’a pas été un combat facile », a réagi le boxeur après son sacre.

Bloqué par des problèmes contractuels et le Covid-19, le champion de France 2019 n’avait pas boxé depuis 18 mois lorsqu’il a finalement pu enfiler ses gants le 13 mars dernier, pour se frotter au Mexicain Daniel Echeverria. Sa 12e victoire en autant de combats. La pandémie n’a pas été facile, elle a conduit à cinq annulations de combat. En solidarité avec « d’autres boxeurs en difficulté », il en a profité pour lancer un projet d’application, « afin qu’ils puissent bénéficier d’un petit salaire ».

« Quand je viens m’entraîner ici, je paie beaucoup d’argent à mes partenaires d’entraînement. Pourquoi ne pas le faire en France ? », disait-il, et ces dernières années, il a également créé une association, « Secteur sport éducation », pour aider les jeunes.

Avec afrik.com


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Sécurité routière : les contrevenants s’exposeront à des amendes