À l’âge de 20 ans, Layane Dias était une étudiante en ressources humaines dans l’attente de son premier stage. La Brésilienne raconte une étape difficile de sa vie. Un piercing au nez le met définitivement dans un fauteuil roulant.

Lire aussi: Togo : des moustiquaires chinoises gratuites pour les femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans



Un vendredi soir de juillet dernier, Layane s’est jointe à des amis lors d’une fête à Brasilia, sa ville natale, pour célébrer ses réalisations. Layane devait commencer son stage le lundi suivant. Mais quand elle s’est réveillée le lendemain avec des maux de dos, elle a cru qu’elle venait de se froisser un muscle.

La douleur devenait de plus en plus intense et aucune injection d’analgésiques ne l’a fait disparaître complètement. Au milieu de la semaine, Layane s’est rendue à l’hôpital. Les médecins ont fait une radiographie cependant, ils n’ont rien vu d’anormal chez elle. Layane ne sentait plus ses jambes et l’après-midi même, elle a été transportée d’urgence à l’hôpital.

Lire aussi: FC Barcelone : les éléments se déchaînent contre Lionel Messi

“De ma poitrine, je ne sentais rien”, a-t-elle déclaré à BBC News Brasil. Après d’autres examens, les médecins ont découvert qu’elle avait une infection du sang, mais ils n’ont pas pu lui donner un diagnostic précis. Ils soupçonnaient un cancer ou syndrome de Guillain-Barre, une maladie auto-immune rare qui attaque les cellules nerveuses saines. “J’étais allongée sur une civière, sans bouger, la jambe pleine de trous, et je prenais des médicaments par voie intraveineuse “, dit-elle.

“Ma mère était assise à côté de moi et je lui ai dit : “S’il te plaît, donne-moi quelque chose à mourir, parce que je dois mourir. Et ma mère a dit qu’elle ne me donnerait rien, parce que je m’en sortirais.” En juin, elle s’est percé le nez comme elle l’avait fait trois fois auparavant. Mais cette fois, un peu de sang est sorti. Dans les semaines qui ont suivi, son nez est devenu rouge – elle l’a considéré comme une tache – et elle a eu de la fièvre.

Lire aussi: Première femme imame de France, Kahina Bahloul refuse le port du voile

Layane a subi une intervention chirurgicale d’urgence pour retirer 500 ml de pus qui comprimait trois vertèbres de sa colonne dorsale. Elle est restée à l’hôpital pendant deux mois et a souffert de complications. “Deux jours après l’opération, le médecin m’a dit que l’absence de sensation dans mes jambes continuerait “, dit Layane.

Après avoir entendu dire que ses chances de retrouver le mouvement étaient incertaines, elle a dit qu’elle se sentait “dévastée”.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : Croyant être nommé ministre, un préfet se fait arnaquer plusieurs millions de FCFA

Le neurochirurgien Oswaldo Marquez dit que, bien que rare, il est “probable et plausible” que dans le cas de Layane une infection ait été causée par des complications pendant le piercing.
“Les infections se propagent normalement par la circulation sanguine. Les bactéries sur le bout du nez peuvent se propager à tout le nez, atteindre la circulation sanguine et finir dans d’autres parties du corps”, a-t-il déclaré à BBC News Brasil.

De retour chez elle, Layane a commencé à apprendre comment vivre avec un fauteuil roulant.

Lire aussi: La dépouille de Robert Mugabe est arrivée en terre zimbabwéenne !

Layane déclare qu’elle ne veut pas que son histoire décourage les gens de porter des piercings au nez, mais elle met en garde contre les précautions qu’ils doivent prendre, comme s’assurer que la peau et le piercing sont propres et que tous les outils sont stérilisés.
“Je veux juste que les gens fassent attention”, dit-elle.