Bruno Questel : le député craque en évoquant son viol à la télévision

C’est par un tweet posté le 18 janvier dernier que le député en marche Bruno Questel a révélé s’être fait violer alors qu’il n’était qu’un enfant.

“Il n’était pas de ma famille, il était du village ; de ces lieux où la famille est grande. J’avais 11 ans. Je n’ai jamais oublié. Aucune excuse possible. Aucun pardon possible. Aucun repos pour les auteurs de ces actes. Il faut s’indigner toutes les secondes”, avait écrit l’élu sur le réseau social.

Dans un entretien avec les journalistes de BFM, le député est revenu sur ce drame qu’il a vécu. S’il a décidé de parler, c’est notamment après la parution du livre de Camille Kouchner, La familia Grande.

“Les enfants Kouchner ont fait péter un truc et puisqu’eux ont osé, on n’a pas le droit de reculer”, estime Bruno Questel. Un viol qui a eu lieu alors qu’il passait ses vacances d’été en Corse : “Je voulais regarder l’arrivée du tour de France, c’était l’étape finale. On est descendu dans cette maison qui était une des rares à avoir la télévision. J’ai demandé à la voir, je suis allé dans une petite pièce où il y avait la télévision et cet homme…”, raconte le député, la voix tremblante.

Ce dernier est alors violé. 43 ans après les faits, le souvenir est toujours très douloureux. Si sa famille était au courant de ce drame, elle l’a soutenu lorsque Bruno Questel a décidé de l’évoquer publiquement, “ma fille de 22 ans m’a appelé après ce tweet (…) et elle m’a dit ‘je suis fière de toi’, donc ça aussi c’est important.”

Le député Bruno Questel veut une modification du délai de prescription pour les viols

Aujourd’hui, le député de l’Europe plaide pour une modification du délai de prescription qui est de 20 ans ou 30 ans lorsque la victime est mineure au moment des faits, à compter de sa majorité.

Avec Closer

Plus d'articles
Shan’L : quand la chanteuse gabonaise s’enjaille sur ce morceau de Josey (vidéo)