Environ 5 mois après la mort de onze personnes au cours d’une détention à l’unité anti-drogue de la police burkinabè, 9 officiers de police judiciaire sont mis à la disposition de la justice, a-t-on appris.


Aviation : Crash d’un avion qui transportait 100 passagers ce vendredi 27 décembre

Les 9 agents sont poursuivis pour « mise en danger de la vie d’autrui, omission de porter secours à autrui et homicide involontaire », indique un communiqué du procureur du Faso, Arouca Yoda.

L’analyse des informations recueillies des différents rapports d’investigation et de l’enquête du Parquet a permis de « relever suffisamment de charges pour soutenir des poursuites contre neuf (09) agents de l’unité de police mise en cause pour des faits de mise en danger de la personne d’autrui, d’omission de porter secours à autrui et d’homicide involontaire », lit-on dans ledit communiqué.

Début de l’alcootest au Togo : un conducteur de tricycle contrôlé positif ce lundi

« Nous avons adressé une requête à la Chambre criminelle de la Cour de Cassation à l’effet de désignation de la juridiction chargée de la suite de la procédure », précise le procureur du Faso.

En rappel, onze personnes suspectées d’avoir commis des infractions en lien avec les stupéfiants et qui étaient gardées à vue dans une cellule de l’Unité anti-drogue de la police nationale avaient été retrouvées mortes dans leur cellule le 15 juillet dernier.

Après le Ballon d’Or et la Supercoupe d’Italie, Cristiano Ronaldo renoue avec les trophées

La directrice de l’unité avait été démise de ses fonctions et une enquête ouverte par le parquet aux fins de déterminer les circonstances de ce drame qui avait suscité une vive réaction de proches des victimes.