Chassé du pouvoir en 2014, par une révolution populaire, Blaise Compaoré, qui vit en exil en Côte d’Ivoire, n’arrive pas à concilier ses héritiers sous le parti Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-formation politique au pouvoir).

Lire aussi : Togo : Le Prof Kako Nubukpo annonce son retour sur la scène



Kadré Désiré Ouédraogo, ex-Premier ministre de Blaise Compaoré, qui a récemment quitté le navire de son mentor à cause des dissensions, a lancé, le 7 septembre dernier, le parti Agir ensemble pour le Burkina à Ouagadougou en vue de la présidentielle de 2020.

Lire aussi : Faute d’argent dans les caisses, la CAF n’a pas encore payé les vainqueurs de la CAN 2019

Au même moment, son rival Eddie Komboïgo, actuel président du CDP, était reçu à Abidjan par Blaise Compaoré avec une délégation de la section ivoirienne du parti, qui organisait le lendemain un grand meeting à Port-Bouët.

Lire aussi : Accusé d’avoir des relations intimes avec ses fidèles, un prophète de Broukro répond : « allez vous faire enc…»

Devant des milliers de militants, Komboïgo y a rendu un hommage vibrant à l’ancien président, qui, lui, n’avait pas fait le déplacement en raison de son devoir de réserve.

Lire aussi : Justice : Hassa Bint Salmane, la fille unique du roi d’Arabie Saoudite, condamnée à Paris

Le 14 juin, des partisans de Kadré Désiré Ouédraogo qui avaient saisi la justice étaient parvenus à faire annuler le congrès extraordinaire du CDP, qui devait se réunir deux jours plus tard. Il doit se tenir à Ouagadougou le 22 septembre. À son ordre du jour : la refonte des statuts du parti, indique JeuneAfrique dans sa parution de ce dimanche.