Burkina Faso : cette ville est au bord de la pénurie de préservatifs, la raison

56.720 ! C’est le nombre de préservatifs commandés en une seule journée au cours de ce mois de septembre à Banfora, au Burkina Faso, auprès d’une section locale du Réseau africain jeunesse santé développement (RAJSD), une ONG qui lutte contre la propagation du VIH. Awa Zabré, coordonnatrice locale de l’ONG, s’en réjouit : « Pour la plupart, c’était des jeunes qui sont venus à nous, les plus courageux.»

« On a donc réclamé des préservatifs au dépôt répartiteur du district [DRD, dépôt de produits pharmaceutiques] de Banfora, mais il n’y en avait plus. On s’est alors tourné vers la centrale d’achat de médicaments essentiels génériques et de consommables médicaux (Cameg) de Gaoua [plus grande ville de la région voisine] où on nous a fait savoir que le stock était aussi épuisé », poursuit Awa Zabré.

Depuis 2008, au Burkina Faso, la célébration de la fête nationale est tournante. Une initiative des autorités qui permet, en particulier à la ville hôte, et de façon générale à toute la région, de se voir doter de toutes sortes d’infrastructures socioéconomiques (hôpitaux, logements, routes, usines…). En 2020, c’est Banfora qui accueillera les festivités du 11 décembre.

 « Ce sont là autant de chantiers qui exigent de nous un effort soutenu toute la journée, sous un soleil de plomb. Alors le soir venu, nous avons besoin d’un peu de douceur et de réconfort avant de reprendre de plus belle le travail le lendemain », confie un jeune ouvrier.

De nombreuses professionnelles du sexe ont d’ores et déjà élu domicile à Banfora et ses environs pour offrir leurs services alors que des milliers de visiteurs et d’officiels devraient faire le déplacement pour ces festivités annuelles.

Plus d'articles
Melania Trump “dégoutée” par Donald Trump ? Son coiffeur monte au créneau