Les premières enquêtes révèlent que tous les décès sont liés à une intoxication alimentaire due aux pesticides, à en croire la professeure Léonie Claudine Lougué, ministre de la Santé.

Treize personnes sont décédées le 1er septembre dans la localité de Didyr, dans la région du centre-ouest. Cinq autres cas de décès sont signalés sur la quinzaine de personnes concernées à Nayamtenga dans la province du Kouritenga, le 9 septembre, renseigne RFI.



Lire aussi : Togo : vers une intégration de la médecine traditionnelle dans l’enseignement supérieur

« À Didyr, les investigations ont été faites sur les prélèvements de produits biologiques comme le sang, les urines. On a trouvé un taux anormalement élevé de pesticides. Dans les aliments consommés également, il y avait un taux anormalement élevé de pesticides. Il y a plusieurs familles de pesticides », explique Claudine Lougué.

Lire aussi : Togo : Lomé accueille le forum économique de la diaspora africaine

Les pesticides incriminés avaient servi à protéger le mil contre les chenilles. La ministre de la Santé recommande aux familles de « suivre scrupuleusement les recommandations du ministère en charge de l’Agriculture en matière de choix et d’utilisation de pesticides ».