Le projet de constitution pour le passage à la Cinquième République au Burkina Faso sera adopté par voie référendaire, a indiqué le président de la commission constitutionnelle, Me Halidou Ouédraogo, à l’issue d’une audience avec le président Roch Marc Christian Kaboré.

Référendum, Burkina Faso, Halidou Ouédraogo, Roch Marc Christian Kaboré
Halidou Ouédraogo (G) et Roch Marc Christian Kaboré (D)

Selon le président de la Commission constitutionnelle Me Halidou Ouédraogo, sa structure a remis son rapport de travail de sa session extraordinaire tenue en janvier dernier au président Kaboré, et il était donc normal pour lui, de passer de temps en temps pour s’enquérir de l’évolution du processus.

Pour Me Halidou Ouédraogo, le président du Faso a promis que « la Constitution sera adoptée par voie référendaire » et il tiendra cette promesse conformément à ses propres engagements vis-à-vis de la Nation.

Lire aussi Algérie : nouvelles promesses du Premier ministre à la population

Il a indiqué que « toute décision doit être précédée de discussions et d’échanges. Le président a assuré qu’il est en train de procéder à cet exercice et en temps opportun, la réponse viendra et sera portée à la population ».

Alors que la date du référendum était annoncée pour le 24 mars, Me Halidou Ouédraogo a déclaré que « la date du référendum importe peu, pourvu qu’il se tienne dans les normes, dans le cadre de nos lois constitutionnelles et qu’il ne remette pas en cause un aspect ou un autre ».