in

Burundi / Covid-19 : l’ONU réagit à l’expulsion des experts de l’OMS

Le principal représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Dr Walter Kazadi Mulombo, et trois autres experts coordonnant la lutte contre le coronavirus ont été expulsé du Burundi. 

Namibie : pas de nouvelles voitures pour les fonctionnaires du gouvernement jusqu’en 2025

Le ministère « a l’honneur de porter à (votre) connaissance que les personnes dont les noms repris ci-après sont déclarées persona non grata et que, par conséquent, elles doivent quitter le territoire du Burundi avant le 15 mai 2020 », disait la lettre du ministère burundais des Affaires étrangères adressée au bureau africain de l’OMS et consultée jeudi par l’AFP.

Les trois experts sont le Dr Jean Pierre Mulunda Nkata, coordinateur de la lutte contre le coronavirus dans le pays, le Dr Ruhana Mirindi Bisimwa, responsable des maladies transmissibles, et le professeur Daniel Tarzy, expert de laboratoire en dépistage de covid-19.

« C’est toute l’équipe de l’OMS qui est chargée de soutenir le Burundi dans sa riposte contre la Covid-19 […] Ils sont expulsés alors que le ministre de la Santé a exclu totalement l’OMS de celle-ci en l’accusant d’ingérence inacceptable dans sa gestion du coronavirus », a déclaré un responsable burundais à l’agence de presse AFP, sous couvert d’anonymat.

CAF : « Je méritais 8 à 9 ballons d’or », affirme Eto’o

Des sources diplomatiques et administratives indiquent que le ministère avait engagé la même procédure en avril, mais l’avait suspendue après des échanges entre le chef de l’État Pierre Nkurunziza et le directeur général de l’OMS.

Ces expulsions survenant à quelques jours des élections présidentielles et législatives, alors que le gouvernement burundais est déjà très critiqué pour sa gestion de l’épidémie, ont suscité pas mal d’indignation de la part des autorités sanitaires africaines.

« Nous avons terriblement besoin d’expertise technique sur un continent qui a un système de santé très faible et des infrastructures fragiles, et nous ne pouvons nous permettre de mettre dehors l’OMS, un solide partenaire technique », a déclaré John Nkengasong, le directeur du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l’Union africaine.

Coronavirus : L’armée française reconnaît avoir acheté de la Chloroquine en Chine

La Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi basée à New York a réagi en exprimant son profond regret devant « la décision récente du gouvernement burundais de déclarer persona non grata le représentant de l’OMS dans le pays et trois de ses experts ». 

Elle a aussi « réitéré »  sa préoccupation sur la manière dont l’épidémie y est gérée, du fait que les autorités ne font pas « appliquer les recommandations de distanciation sociale » alors que les meetings en vue des élections présidentielle et législatives du 20 mai attirent des milliers de personnes.

Coronavirus : L’armée française reconnaît avoir acheté de la Chloroquine en Chine

Selon Ouest-France, bien que 27 cas positifs de covid-19 dont un décès ont été déclarés dans le pays, les autorités sont accusées de dissimuler d’autres cas derrière des pneumonies.

« Prête à continuer à collaborer avec le Burundi », la directrice du bureau africain de l’OMS, le Dr Matshidiso Moeti, a indiqué chercher « à clarifier et comprendre les raisons de cette décision ».




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vandalisée, la statue de Zlatan Ibrahimovic perd sa place à Malmö

Covid-19 : le Kenya ferme ses frontières avec la Tanzanie et la Somalie