Cameroun : Le père de Marc Vivien Foé accuse la veuve du footballeur d’avoir dilapidé 3 milliards de Francs CFA

L’émission « Franc Jeu », recevait dans son édition du 26 juin 2022 plusieurs invités dont Martin Foé Amougou, le père de feu Marc Vivien Foé. Le programme consacré au 19e anniversaire de la mort du footballeur camerounais parti en plein match de football, a servi de tribune au vieil homme souvent accusé par sa bru d’accaparement des biens de son défunt époux.

Tout en affirmant que le père de Marie-Louise Foé recevait 400 000 Francs CFA chaque mois à une époque, Foé père a accusé la veuve du footballeur d’être partie en Europe « pour aller vider les comptes ». Il se plaint de n’avoir pas eu droit à l’argent que son fils a laissé. 

« Quand j’étais malade, ils ont fait des magouilles ici », déclare-t-il, soutenant ensuite que son fils et sa belle-fille se sont mariés sous le régime des biens séparés. « Est-ce que cela voudrait dire que si ton fils, avant qu’il se marie t’a acheté un habit, tu ne dois plus le porter ? Est-ce un crime ? Faut-il le remettre à la veuve ? Je veux qu’on me réponde », interroge-t-il.

Le patriarche déclare ensuite que l’immeuble d’Elig-Essono que lui dispute sa bru est à son nom à lui et qu’il reviendra forcément à Marie-Louise Foé lorsqu’il quittera ce monde. 

« C’est pour elle, vu que c’est mon premier fils ! C’est pour elle ! », assure-t-il. Martin Foé jure qu’il « encadre bien » ses 8 huit petits-fils mais laisse entendre que la femme de Marc Vivien Foé refuse rejoindre la famille avec ses enfants. L’homme se demande où sont passés les biens que son fils a laissés en France.

Abordant la question du complexe sportif que le défunt joueur de foot avait commencé à bâtir à Biteng, près de Yaoundé, Martin Foé Amougou se dit « surpris » d’apprendre qu’un dispensaire est en train d’être érigé sur ce site. Il rapporte qu’il a ordonné l’arrêt des travaux et indexe Marie-Louise. Il estime qu’étant le père de Marc Vivien Foé, il devait en être informé. 

Sans dire d’où ils proviendraient, le vieil homme soupçonne sa belle-fille de détournements de fonds. Il cherche à en connaître la destination. « Elle a eu plus de trois milliards. Je dis bien plus de trois milliards. Qu’est-ce qu’elle en a fait ? Au lieu de venir terminer le complexe avec. Parce que le complexe, les tôles qui y sont ainsi que les fers, nous les avons achetés en Belgique ».

Avec  Cameroon info

Similaires