Le président camerounais Paul Biya a décidé un deuxième report à 2020 des élections municipales initialement prévues en 2018, a annoncé un décret lu lundi à la radio d’Etat.


“Le mandat des conseillers municipaux élus lors du scrutin du 30 septembre 2013 est prorogé jusqu’au 29 février 2020”, a déclaré M. Biya. Cette prorogation est synonyme de report des municipales.

Lire aussi : Togo : 64 grands dossiers de crimes jugés à partir de ce lundi 15 juillet

Prévues en 2018, celles-ci avaient déjà été repoussées à 2019, M.Biya ayant pris en juillet 2018 un autre décret allongeant d’un an le mandat des conseillers municipaux.

Les législatives prévues la même année avaient été également reportées à 2019, mais elles devraient être ajournées une nouvelle fois, Yaoundé souhaitant coupler leur organisation à celle des municipales pour réduire les coûts de ces scrutins, selon des parlementaires joints par l’AFP.

Lire aussi : Togo : des étudiantes admettent avoir jusqu’à 8 partenaires sexuels

Le Cameroun est confronté à des crises sécuritaires dans le nord du pays, ainsi que dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Dans le Nord, le groupe jihadiste nigérian Boko Haram mène régulièrement des attaques armées, et les régions anglophones sont secouées par de violentes revendications indépendantistes.

Lire aussi : Une lesbienne détourne la femme de son grand frère

De plus, le pays connaît un contexte politique tendu: le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), l’opposant Maurice Kamto, et une centaine de militants de son parti, arrêtés en janvier, sont toujours emprisonnés.

Yaoundé fait aussi face à des tensions de trésorerie du fait de la mobilisation d’importantes ressources pour financer le déploiement de l’armée dans les zones en crise.