Le choix porté par Etienne Eto’o Pineda, fils de l’international camerounais Samuel Eto’o, sur la sélection nationale U17 du pays de son père avait réjoui plus d’un. Mais cette fierté a été de courte durée.

Sheyi Adebayor : 123 matchs gagnés, découvrez toutes les statistiques



Etienne et bien d’autres jeunes footballeurs camerounais expatriés ne pourront pas arborer les couleurs nationales pour participer au Mondial des U-17 qui démarre dans dix (10) jours au Brésil.

Emplois : ces métiers qui vous ouvrent plus facilement les portes du Canada

C’est à Brasilia, où il prend part au dernier stage préparatoire à cette compétition avec l’équipe nationale du Cameroun, que Etienne Eto’o a appris la mauvaise nouvelle. Il a  été donc prié de plier bagage.

Pourtant, le sélectionneur de l’équipe championne d’Afrique des moins de 17 ans, Thomas Libih, avait le quitus pour constituer, sans ‘pression extérieure’, son équipe, selon un courrier du président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

Football : Cristiano Ronaldo touche désormais plus d’argent sur Instagram que sur le terrain

Selon nos confrères de Orangefootballclub, Thomas Libih joue à la prudence, en ignorant lettre du président de la Fécafoot, pour ne pas transgresser un décret signé le 26 septembre 2014 par Paul Biya.

Décret qui dispose à l’article 7 dans son alinéa 3 que : « pour les sélections nationales de football U15 (minimes) et U17 (cadets), seuls les joueurs enregistrés dans les compétitions organisées par la Fécafoot peuvent être sélectionnés ». Un décret qui oblige en effet le sélectionneur à se séparer de ses renforts venus de la diaspora.

Les joueurs expatriés qui font les frais de ce décret sont notamment Etienne Eto’o Pineda (Mallorca), Tiki Aurel (Lyon), Konango Jordan (AS Monaco), Tchato Enzo (Montpellier), Fotso Dani (AS Roma) et Djile Bryan (Saint-Etienne).