in

Canada : une cadre de Huawei au tribunal pour s’opposer à son extradition

L’extradition de la Directrice financière de Huawei vers les Etats-Unis, va occuper encore la justice ce lundi 28 septembre. Les défenseurs de la dame devront prouver que la justice américaine a trompé le Canada sur ses crimes présumés dans le but d’obtenir son arrestation.

 



Meng Wanzhoula concernée, a été arrêtée le 1er décembre 2018, durant une escale à l’aéroport de Vancouver, à la demande de la justice américaine qui l’accuse d’avoir contourné les sanctions américaines contre l’Iran. Ses avocats insistent sur son innocence, les accusations américaines, étant pour eux fausses et sans contexte. Ils estiment en outre que les droits de leur cliente ont été violés au cours d’interrogatoires en absence d’avocats.

 

Lors de précédentes audiences, l’accès à des documents de services secrets pour prouver leurs dires, leur a été refusé. « Le procureur général du Canada ne croit pas qu’il y ait eu un quelconque complot visant à priver Mme Meng de ses droits », a répliqué le représentant du ministère de la Justice, Robert Frater.

Huawei a perdu sa licence Android temporaire

Washington accuse notamment Mme Meng d’avoir menti à la banque HSBC sur la relation entre Huawei et Skycom, une filiale qui vendait des équipements de télécoms à l’Iran, ce qui exposait la banque à une possible violation des sanctions américaines contre Téhéran. 



Ad Carte Fidelyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mali l’ex-président IBK protégeait-il Sidiki Diabaté

Mali : l’ex-président IBK protégeait-il Sidiki Diabaté ?

Togo : l’artiste Yaovi Kheteti déchire (déjà) la toile avec son nouveau titre “C moi le père”