La maison mère de Canal+ Vivendi se renforce sur le marché en pleine expansion de Nollywood, l’industrie nigériane du cinéma. Elle vient d’acquérir les activités de production, de distribution et d’édition de chaînes d’Iroko, un géant nigérian de la VOD dont il était déjà actionnaire minoritaire.

Lire aussi : CCI 2019 du CAMES : 25 nouveaux professeurs titulaires pour le Togo



Le montant de l’opération n’a pas été indiqué. “Cette acquisition, étape clef pour le développement international de Canal+, permet au groupe d’être présent sur toute la chaîne de valeur de l’industrie Nollywood, et d’acquérir un savoir-faire unique dans la production industrielle de fictions – films, séries et animation – africaines“, souligne-t-il dans un communiqué.

La transaction concerne d’abord ROK Studios, premier producteur au Nigeria avec plus de 500 heures par an de nouveaux films et séries. Il est dirigé par la star de Nollywood Mary Njoku, qui s’est félicitée de cette opération sur Instagram et a remercié Canal+ de “croire en la vision de ROK”.

Lire aussi : Togo / Université de Kara : ouverture d’une filière de Licence pro en maintenance industrielle …appel aux bacheliers

L’acquisition concerne aussi la distribution de contenus de Nollywood, et l’édition et la distribution de 4 chaînes (sous la marque ROK) diffusées en Afrique anglophone ainsi qu’en Grande-Bretagne. Canal+ éditait et proposait déjà dans ses offres les chaînes de fiction africaine Nollywood TV et Nollywood Epic.

Nous avons passé le cap des 4 millions d’abonnés en Afrique l’année dernière. Nos nouveaux abonnés, plus populaires, sont extrêmement friands de contenus africains, mais il n’y en a pas beaucoup“, a déclaré à l’AFP le président de Canal+ International Jacques du Puy.

Lire aussi : Togo : le stade de Kégué inauguré fin juillet par le président Faure Gnassingbé

Avec ce mouvement vers Nollywood, “on investit en amont dans la filière pour devenir un acteur fort dans la création de contenu local“, a-t-il ajouté.

Avec près de quatre milliards de dollars de revenus et près de 2000 films produits chaque année, l’industrie cinématographique nigériane a explosé pour devenir la deuxième au monde après Bollywood et devant Hollywood.

Fondé par le trentenaire nigérian Jason Njoku en 2010, Iroko a réussi à attirer de nombreux investisseurs, mais a a dû repenser son offre en 2016 pour s’adapter à ses consommateurs en créant une application moins gourmande en données.

Lire aussi : Togo : les Conseillers municipaux débutent leur mandat ce jeudi

La société Iroko Partners, dirigée par Jason Njoku, continuera de développer l’activité SVOD d’Iroko.

Canal+, en déconfiture en France, emploie plus de 1.000 personnes dans une dizaine de filiales en Afrique et voit son nombre d’abonnés y croître de façon exponentielle, avec des offres visant les classes moyennes du continent.