in

Carlos Ghosn ne sera pas extradé s’il vient en France

Invitée ce jeudi matin sur BFMTV et RMC, Agnès Pannier-Runacher la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, a indiqué que Carlos Ghosn ne sera pas extradé s’il vient en France.

Par quels moyens Carlos Ghosn a pu quitter le Japon?

«Si M. Ghosn venait en France, nous n’extraderions pas M. Ghosn, parce que la France n’extrade jamais ses nationaux ; donc nous appliquons à M. Ghosn comme à Monsieur tout le monde les mêmes règles du jeu, mais cela ne nous empêche pas de penser que M. Ghosn n’a pas à se soustraire à la justice japonaise; simplement, c’est les mêmes droits pour tout le monde, la nationalité française est protectrice de ses ressortissants », a-t-elle fait savoir.

Concernant la fuite, elle affirme qu’elle n’a pas de mots pour la qualifier. «Il était assigné à résidence, c’est une condition très désagréable, il n’avait pas accès à ses proches, je comprends aussi que cela soit très déplaisant mais sa vie n’était pas en danger sinon la France serait intervenue», a-t-elle poursuivi.

Renault-Nissan : il y a un an, l’arrestation de Carlos Ghosn provoquait une onde de choc

Carlos Ghosn a été arrêté à Tokyo en novembre 2018 et devait être jugé au Japon en avril 2020. Il fait l’objet de quatre chefs  d’inculpation, deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan et deux autres pour abus de confiance aggravé. Ces accusations, l’homme d’affaires, détenteur des nationalités libanaise, française et brésilienne, les a toujours niées.



Saham Ad
Ce que risque l’ex-PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, en 2020

La Turquie ouvre une enquête après la fuite de Carlos Ghosn

Togo / Concours de recrutement des archivistes et secrétaires à l’OTR : les résultats sont disponibles