Case prison pour 8 ânes fautifs

Voici une histoire qui pourrait inspirer plus d’un dans nos agglomérations, tant ce phénomène y est récurrent. Elle se déroule en Inde dans le district d’Orai où huit (8) ânes ont passé trois (3) jours derrière les barreaux pour un motif assez cocasse.

Ces 8 ânes infortunés et d’autres équidés étaient impliqués dans la destruction de pots de fleurs et de plants de Delhi et d’Agra destinés à un projet de protection de l’environnement sur une cour de la prison du district. Un forfait ayant occasionné une perte de plus de 50 000 Roupies indiennes (500 000 frs CFA) à l’administration pénitentiaire.

Ces animaux ont finalement été libérés lundi dernier après avoir purgé ‘cette peine’ de trois jours. Il y avait d’autres animaux impliqués dans la destruction, mais seulement huit (8) avaient été capturés et emprisonnés.

Les ânes ont été remis à leur propriétaire après que ce dernier ait présenté des excuses et ait donné un affidavit promettant que ses animaux ne seraient plus jamais revus dans les alentours des bâtiments de la prison.

Selon l’administration pénitentiaire, « les animaux ont été enfermés dans une pièce de la prison en vue d’enseigner une leçon aux propriétaires qui laissent leurs animaux flâner dans le district ».

Pour Sitaram Sharma, surintendant de la prison du district d’Orai, « Nous planifions une plantation sur la cour de la prison sous la mission Swachh Bharat, avec des plantes de Delhi et d’Agra, mais ces derniers jours, des chèvres, des vaches et les ânes ont détruit ces plantes et pots de fleurs d’une valeur de 50 000 Roupies indiennes. Nous avons capturé ces animaux, retracé les propriétaires des chèvres et des vaches et remis les animaux avec les instructions de ne plus laisser leurs animaux trainer ici. Cependant, nous n’avons pas réussi à retrouver le propriétaire des huit ânes, alors nous les avons enfermés dans un vieux bâtiment vide dans les locaux de la prison avant-hier ».

Lundi, Kamlesh Kumar, le propriétaire des ânes, est arrivé. Les responsables de la prison ont libéré les équidés après qu’il ait ‘demandé pardon’ et soumis un affidavit indiquant qu’il ne laisserait plus les ânes errer, a poursuivi le Surintendant.

C’est un grave problème dans les environs, car ces animaux traversent le bâtiment et entrent dans la cour de la prison, ils détruisent nos plantes et brisent les clôtures, a-t-il ajouté.

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Togo / ARCEP : Concours de création de logo ; 3 millions de Fcfa à la clé