Ce film de Disney suscite la colère des défenseurs des Ouïghours

Le film Mulan, de Disney, qui doit sortir en streaming le 4 décembre, provoque la colère des défenseurs de la communauté ouïghoure, rapporte Franceinfo.

Ceux-ci reprochent à la firme d’avoir tourné dans la région du Xinjiang où se trouveraient des camps d’internement destinés à la minorité musulmane de l’ouest de la Chine. Une séquence de 78 secondes est notamment mise en cause.

« Pour arriver depuis l’aéroport de Turpan jusqu’au lieu de tournage, ils passent clairement par des camps de concentration. Il y en a au moins 7, donc il est impossible qu’ils ne les voient pas », explique ainsi à Franceinfo Dihur Reyhan, présidente de l’Institut ouïghour d’Europe.

Pékin n’a jamais admis publiquement l’existence de ces « camps de concentration ». Interrogé sur le sujet en octobre 2018, Shohrat Zakir, numéro deux du Parti communiste chinois dans la province du Xinjiang, assurait qu’il s’agissait de « centres de formation professionnelle », mis en place dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Outre les lieux du tournage, les remerciements que Disney adresse dans le générique de fin font aussi polémique. Le géant américain du divertissement y cite en effet le Parti communiste et les autorités locales du Xinjiang.

Une prise de position que Marie Holzman, spécialiste de la Chine explique par des logiques mercantiles.

« C’est une vieille histoire. Si chaque Chinois fume une de mes cigarettes, je suis milliardaire, dit-on. Donc Disney est dans cette logique-là. L’argent est à faire en Chine et pas ailleurs, Disney n’a pas voulu dire : “On ne fera pas le film si vous ne vous laissez pas filmer comme on l’entend” », explique-t-elle à Franceinfo.

Mis en cause sur ces questions, notamment par le député britannique Iain Ducan Smith, Disney a finalement réagi, dans un courrier adressé à ce dernier. La compagnie américaine y explique que les lieux de tournage dans le Xinjiang ont été choisi par « souci d’authenticité », et que la liste des remerciements a été fournie par la société de production chinoise associée.

Avec Sputnik.

Plus d'articles
Didier Drogba, nouvel ambassadeur du Ballon d’Or