“Ce n’est pas biblique que la femme doive porter le nom de famille de son mari…”, confie un pasteur

Le superviseur régional d’Accra des ministères de la puissance de la résurrection et du pain vivant, l’évêque Yaw Owusu-Ansah, a affirmé qu’il n’est pas biblique pour une femme d’adopter le nom de famille de son mari après le mariage.

L’homme de Dieu a fait cette déclaration controversée lors de son intervention dans l’émission Super Morning Show de Joy FM, basée à Accra, le vendredi 20 mai.

Selon myjoyonline.com, il a déclaré à Winston Amoah et Kojo Yankson qu’il avait lu la Bible d’un bout à l’autre et que nulle part Dieu ne demandait aux femmes de porter le nom de famille de leur mari.

« Je crois que depuis l’époque d’Adam, et j’ai lu toute la Bible, vous ne trouverez nulle part que la femme d’Adam était Mme Adam, ni que la femme de Jacob était Mme Jacob, ni qu’Isaac, Joshua ou Daniel.

Donc, si nous, les chrétiens, pratiquons la même chose, alors je crois que nous devons tout appliquer du début à la fin. Et si vous venez au Nouveau Testament, je n’ai pas trouvé que la femme de Mathew était Mme Mathew ou que la femme de John était Mme John », a déclaré l’évêque Owusu-Ansah, cité par le site d’information.

Le célèbre ecclésiastique a ajouté que Dieu, qui a créé tout le monde, a une raison de les placer dans la famille dans laquelle ils sont nés, donc ils ne devraient pas être forcés d’abandonner le nom de leur famille simplement parce qu’ils se sont mariés.

« Donc, selon moi, si je t’épouse, je n’ai pas besoin de t’imposer mon nom parce que tu viens d’une famille et je crois que, venant d’une famille, il y a une raison pour laquelle Dieu t’a placé et t’a fait sortir de cette famille », a-t-il ajouté.

« Donc, garder ce nom ne change rien si tu es ma femme. Dieu a dit à Abraham : “Je vais rendre ton nom grand”. Donc, si Dieu rend grand le nom de ma femme, le nom de ma fille et le nom de ma sœur, si tu viens et que tu l’épouses, laisse-la garder son nom, et toi aussi, garde le nom que tu as et construisons une vie ensemble. Construire des vies ensemble ne change rien au fait que parce que tu n’as pas mis mon nom sur toi, tu ne peux pas être ma femme », a-t-il poursuivi.

L’évêque exhorte donc les hommes à accorder plus d’importance au fait que leur mariage fonctionne pour leur bénéfice mutuel qu’à ce qui, selon lui, est une insistance périphérique pour que leurs femmes adoptent leur nom de famille.

Similaires