Cedeao : la qualité de l’enseignement supérieur au centre d’un échange au Togo

À quelques jours de la rentrée universitaire, les enseignants des universités et grandes écoles de l’espace Cedeao sont à l’école de la qualité depuis ce 10 septembre à Lomé. 

Financée par l’Union européenne et mise en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), la formation va outiller les participants sur les normes internationales ISO 9001, 45001 et 14001. Elle permettra également de les doter de connaissances indispensables pour la formation des élèves et étudiants. 

Ces normes internationales ISO, au cœur de la formation, portent sur le système de management de la qualité, sur le système management santé et de sécurité au travail ainsi que le système management environnemental.

Robert Mugabé est mort, mais pas ses citations rigolotes

« Nous sommes ici pour contribuer à donner des outils à tous les pays de la région de la Cedeao pour qu’ils se dotent d’une infrastructure de qualité. Ça doit devenir une culture. Ça doit être systématisé », affirme le représentant de l’ONUDI, Kadi Abdel-Kadou qui est un administrateur de programme.

Abdel Kadou revient sur le contenu de la formation : « Aujourd’hui, on vit dans un monde globalisé. Je me réjouis de voir qu’on arrive à faire une intégration amont avale entre ce qu’on va enseigner maintenant au niveau des universités des écoles et comment est-ce que ça va avoir une répercussion directe sur le secteur privé, sur l’emploi, sur la compétitivité des entreprises et sur l’intégration des chaînes de valeurs régionales, mondiales, ainsi de suite ».

Lire aussi : Histoire de Nene Nwayo : “On m’a demandé du s3xe en échange de rôles dans des films’’

C’est également, une opportunité pour François Kpakpo, représentant du ministre en charge du commerce de faire le point sur la qualité de l’enseignement au Togo. « Nous prenons en charge la qualité dans tous les aspects de développement. Particulièrement, en ce qui concerne les ressources humaines, il faut que les étudiants qui vont sortir très prochainement des universités soient formés à la qualité. Il y a le Conseil Africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) qui fait l’assurance qualité de l’enseignement » affirme-t-il avant d’ajouter : « Maintenant la phase qui suit, c’est qu’avec cette qualité d’enseignement, on puisse enseigner (aux étudiants et élèves), la qualité et leur donner les outils nécessaires pour qu’ils soient adaptables et adaptés sur le marché de l’emploi ».

Les pays de l’espace Cedeao entendent tout mettre en œuvre pour garantir un enseignement de qualité dans la sous-région.

Plus d'articles
Guinée Bissau : investiture du nouveau président, Umaro Sissoco Embaló, ce jeudi