On sait désormais que la future monnaie de la CEDEAO s’appellera Eco. Les chefs d’Etat de la communauté ont livré l’information le samedi 29 juin, au cours du 55e sommet qui s’est tenu en terre nigériane.

Lire aussi : Togo : Valentine Alvares s’engage aux côtés de Noukou



Si la venue de cette monnaie suscite de l’espoir dans le camp des présidents africains, l’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla est sceptique. Il a livré son point de vue à travers une publication sur le site du journal Le Monde.

Lire aussi : Monnaie unique de la CEDEAO : le nom Eco validé ; le logo final divise les Etats

“Pour nombre d’intellectuels et de militants panafricanistes, il est temps de tourner la page du franc CFA au profit d’une intégration monétaire entre Africains qui transcenderait les legs du colonialisme”, a écrit l’économiste sénégalais. Pour lui, “une critique économique conséquente du franc CFA, se situant au-delà d’une critique politico-symbolique, montre que la monnaie unique de la CEDEAO, telle qu’elle a été conçue jusqu’ici, ne constitue pas la meilleure voie à suivre”.

L’auteur du livre Le scandale du commerce équitable, “les deux blocs qui l’utilisent, c’est-à-dire l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), ne présentent pas les caractéristiques de “zones monétaires optimales”.

Lire aussi : Togo/Elections municipales : plus de 3 millions d’électeurs aux urnes ce dimanche 30 juin

À en croire Ndongo Samba Sylla, la preuve de la fébrilité de la monnaie Eco se trouverait aussi dans le fait aussi “qu’aucun pays de la région n’avait rempli en 2018 les critères requis pour faire partie de la zone monétaire éco”.

Ndongo Samba Sylla remarque que la monnaie Eco est une copie de l’Euro. Pour lui, ” les architectes du projet éco ” ont “copié dans le détail le « modèle » de l’Eurozone, sans s’être souciés de ses défauts”.