Ces réglages de smartphone à ne surtout pas toucher

Un spécialiste en technologies informatiques a indiqué qu’il est déconseillé de toucher aux réglages des smartphones lorsque l’utilisateur ignore à quoi peuvent aboutir ces éventuelles modifications. 

Parmi ces réglages se trouvent ceux de la carte SIM, les fonctionnalités d’accessibilité, la sortie des comptes reliés aux ID et le contrôle parental.

Voici pourquoi il est déconseillé de garder près de son téléphone certains objets

Il importe de ne pas toucher aux réglages de la carte SIM dont les modifications peuvent entraîner des défaillances du réseau mobile et de l’accès à Internet. « Il est impossible de casser quelque chose dans le smartphone en ouvrant les réglages. Mais on risque de nuire à la qualité de son fontionnement », a déclaré Stanislav Kossarev.

À moins d’être sûr du résultat des manipulations, il vaut mieux consulter un spécialiste, a-t-il ajouté.

Accessibilité

« C’est aussi le cas pour les fonctionnalités d’accessibilité, par exemple, celles pour les personnes malvoyantes. Le changement des réglages peut aboutir à la modification de l’interface du portable. Il est difficile de restaurer les paramètres d’origine. C’est particulièrement pertinent pour les personnes âgées qui utilisent souvent l’interface en gros caractères », avertit M.Kossarev.

Selon lui, certains smartphones disposent de l’option de formatage qui supprime les données inutiles y compris tous les fichiers média. Il faut éviter de l’utiliser sans comprendre son mode de fonctionnement.

Android : une énorme faille de sécurité touche 40 % des smartphones dans le monde

Les ID et le contrôle parental

Le spécialiste a mis en garde contre la sortie des comptes reliés aux identifiants d’utilisateur sans connaître les mots de passe par cœur. Dans le cas contraire, il peut y avoir des problèmes d’achat et de mise à jour des applications.

Enfin, il est déconseillé d’ouvrir la gestion du contrôle parental, susceptible de gravement limiter l’accès à de nombreux sites et applications, conclut Stanislav Kossarev. 

Plus d'articles
Tech : les grandes ambitions du Rwanda