Cette jeune dame tue son propre enfant de 14 mois ; voici ses incroyables motivations

Selon le récit présenté devant le jurés, l’accusée âgé de 20 ans au moment des faits, était en concubinage avec un meunier vivant à Avepozo plus précisément à Agodekè. De leur union est issu un enfant, âgé de 14 mois au moment des faits.

La femme, indique l’avocat général, a commencé par découcher au profit d’un ivoirien refugié au Togo. Cette situation qui a troublé la vie du couple s’est dégénérée quand dans la nuit du 18 octobre 2016, l’époux surprend sa femme avec l’ivoirien dans la chambre de la mère de celle-ci. Très calmement, il invite la dame à venir récupérer ses effets chez lui. Ce que cette dernière fit sans hésiter.

Le lendemain, les éléments de la Brigade territoriale de Kpogan ont reçu un appel téléphonique du chef sécurité du centre des refugiés ivoiriens les alertant d’une mort suspecte d’un enfant de 14 mois dans l’enceinte de l’ex hôtel Tropical.

Ils se rendent sur les lieux accompagnés d’un assistant médical pour les opérations de reconnaissance. Ainsi, les investigations ont révélé que l’enfant décédé était celui de la femme infidèle qui lui avait administré des produits avant de lui donner la mort.

Elle fut donc appréhendée pour infanticide. En enquête préliminaire, Alice a reconnu les faits en expliquant que suite à un malentendu avec son mari et prise de colère, elle a administré un somnifère à son enfant; en vue de lui donner la mort pour être libéré de son mari.

Ayant constaté qu’il était faible, elle l’a soulevé, l’a projeté, lui brisant ainsi les jambes et l’a mis au dos et est sorti avant de revenir dans la chambre où l’enfant a rendu l’âme.

Devant le juge instructeur, dame Alice a reconnu les faits mais en variant dans ses explications. Elle affirme que son enfant éprouvait des difficultés à dormir et elle lui a donné un comprimé pour l’aider à dormir et le lendemain, il ne s’est plus réveillé.

Faut-il le souligner, l’infanticide est prévu et puni par le nouveau code pénal. L’avocat général a donc requis 15 ans de réclusion criminelle contre l’accusée. Après délibération, l’accusée est reconnue coupable des faits d’infanticide qui lui sont reprochés et est finalement condamnée à 10 ans de réclusion criminelle.

Avec TogoTopNews

Plus d'articles
Togo/Lutte contre l’érosion côtière : des activités génératrices de revenus pour femmes et jeunes contre l’extraction du sable et du gravier marin