Les rayonnements ultraviolets du soleil sont nocifs pour tous les êtres vivants et seule la couche d’ozone, se trouvant dans la haute atmosphère terrestre nous protège contre eux.

La sécheresse, un des effets du réchauffement climatique

Depuis des siècles, l’action de l’homme sur la nature continue malheureusement de mettre à mal cette membrane essentielle, débouchant sur le réchauffement climatique aux effets dévastateurs.



La communauté internationale a célébré comme de coutume chaque 16 septembre, la Journée mondiale de la protection de la couche d’ozone.

Placée sous le thème « Gardons la tête froide et poursuivons nos efforts », l’édition 2018 constitue un véritable cri de ralliement exhortant toute l’humanité à poursuivre les travaux exemplaires menés pour la protection de la couche d’ozone et du climat dans le cadre du Protocole de Montréal, signé il y a 31, relatif à l’interdiction des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

« En un peu plus de trente ans, le Protocole de Montréal n’a pas seulement permis de réduire le trou dans la couche d’ozone : il nous a montré que la gouvernance environnementale pouvait apporter des solutions aux problèmes mis en lumière par la science et que les pays pouvaient s’unir pour surmonter ensemble leur vulnérabilité », a expliqué M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, lors de son message de circonstance.

Pour sa part, le Togo entreprend plusieurs actions pour l’élimination des gaz à effet de serre et ainsi lutter contre les changements climatiques.

« Dans ses efforts à répondre favorable au Protocole de Montréal, le Togo a mis en place depuis 2002, un plan de gestion de flux des frigorigènes, articulé autour de trois (3) composantes. La première prend en compte, la sensibilisation, l’information du public, la formation des techniciens de froid et des agents de douane. La deuxième établit un quota de droit pour réglementer le système des exploitations et la troisième prévoit un mécanisme de surveillance des importations des substances altérant l’ozone dans notre pays le Togo», a confié le Ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, M. André Johnson.

Il est à rappeler que le Protocole de Montréal est en passe de contribuer davantage à la lutte contre le réchauffement climatique grâce à l’Amendement de Kigali qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019 et devrait éviter une augmentation des températures à hauteur de 0,5 ° C avant la fin du siècle tout en protégeant la couche d’ozone.