Crédit photo : abidjanshow

Chantal Taïba : «J’étais une petite villageoise de Tabou que Dieu a fait manger à la table des présidents »

Chantal Taïba est l’une des fiertés de la musique ivoirienne. Depuis l’époque du président Houphouët-Boigny, elle tient le rythme dans le showbiz et fait le bonheur des mélomanes. Son concept musical, le Matiko, reste encore un véritable succès.

 Aujourd’hui, avec du recul, celle qu’on appelait « la lycéenne » de la musique ivoirienne ressasse son parcours et sa vie. Elle, qui vit aujourd’hui en France, rend grâce au Ciel pour les grâces qu’il lui a accordées. « Elle, la petite villageoise de Tabou », a tutoyé les hautes sphères sociales.

Elle l’a exprimé dans des propos relayés par Serge Pacôme Didi sur la toile ». Dieu est un Dieu souverain. Ses voies sont insondables. Il n’appelle pas les qualifiés. Mais il qualifie ceux qu’il appelle. Moi, Chantal Taïba j’en suis exemple. Je suis née au village chez moi à Tabou. Ma mère adoptive est venue me chercher à Tabou pour m’amener à Abidjan à l’âge de 2 ans. De la boue, Dieu m’a fait manger à la table des rois. C’est moi la petite villageoise qui suis devenue par la suite la chanteuse Chantal Taïba.

La petite villageoise, enfants de famille prolétaire que je suis, qui a mangé à la même table que le président Félix Houphouët-Boigny. Ensuite, les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. Dieu est capable de te prendre dans la boue pour te faire asseoir à la table des rois. Ce n’est pas parce que tu as plus de mérites que les autres. Mais c’est par pure grâce. Comme il peut te faire descendre du trône pour te ramener dans la boue », a déclaré Chantal Taïba, la star aux mille proverbes. Belle gratitude de la reine du Matiko. Dieu veille sur notre « Chantou » nationale !

Avec abidjanshow.com

Plus d'articles
Burundi : l’hommage biblique de Ndayishimiye à Nkurunziza