>

Charles III : l’organisateur de son couronnement utilise cet événement pour faire sauter sa suspension de permis

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le duc de Norfolk a de hautes responsabilités auprès de la couronne britannique. Après l’annonce du décès de la Reine Elizabeth II le jeudi 8 septembre 2022, un deuil national a été observé pendant onze jours. À l’issue de cette période de recueillement, Edward Fitzalan-Howard a été chargé d’organiser les funérailles de la Reine Elizabeth II.

Pas le droit à l’erreur donc pour le duc de Norfolk puisque la famille royale, le Royaume-Uni et le monde entier avaient les yeux rivés sur ces obsèques. En quittant son trône, c’est à son fils Charles III qu’Elizabeth II a laissé la place. Proclamé roi, il devra se faire couronner prochainement. Edward Fitzalan-Howard sera une fois de plus en charge d’organiser la cérémonie. Mais il se pourrait bien qu’il ait du mal à s’y rendre…

Le duc le plus haut gradé d’Angleterre semble avoir du mal à respecter le Code de la route. C’est ce qu’atteste une décision de justice rendue lundi 26 septembre 2022. Edward Fitzalan-Howard a malheureusement écopé d’un retrait de permis pour une période de six mois par la Lavender Hill Magistrates. Les faits qui lui sont reprochés sont les suivants : le duc de Norfolk, également comte-maréchal, aurait utilisé son téléphone portable au volant. Cette infraction remonte au 7 avril 2022 et n’est pas l’unique raison du retrait de son permis.

Ce même jour, Edward Fitzalan-Howard aurait également brûlé un feu rouge. Si la décision de justice semble lourde, il faut noter qu’il faisait l’objet de deux contraventions pour excès de vitesse en 2019. Mais devant les juges, l’avocate du duc a demandé à faire sauter cette peine en raison de son rôle dans la cérémonie de couronnement du nouveau roi. “C’est une situation extrêmement particulière, où sa grâce, le duc de Norfolk (…) est désormais la personne qui est responsable du couronnement”, a plaidé Natasha Dardashti. Le couronnement, qui devrait se tenir d’ici un an, n’a pas été un argument convaincant !