Clarisse Agbégnénou : “Ça a été très très difficile ; j’étais en dépression”, cette confession poignante de la judokate française

Après être repartie en 2016 avec la médaille d’argent, Clarisse Agbégnénou s’était promise une belle revanche, aujourd’hui chose faite.

Beau palmarès !

Sacrée championne olympique des -63 kg aux Jeux Olympiques de Tokyo en battant en finale la Slovène Tina Trstenjak, celle-là même qui l’avait privée de titre il y a cinq ans au Brésil, la jeune femme a enfin réalisé son rêve. Une médaille d’or qui vient s’ajouter à ses cinq titres mondiaux et ses cinq titres européens.

Invitée sur le plateau du JT de 13 heures de TF1 le 2 août, la judokate française qui a aussi remporté la médaille d’or avec l’équipe de France mixte a fait des confidences poignantes sur ces Jeux olympiques pas comme les autres. 

Dépression 

La porte-drapeau de la délégation française n’a pas eu la tâche facile. Le report des Jeux olympiques de 2020 à 2021 a été très dur pour Clarisse Agbégnénou qui travaillait d’arrache-pied pour la compétition. Attendre quatre ans était déjà compliqué, alors cinq, c’était abuser. La judokate a sombré dans la dépression.

“J’ai craqué, je n’étais pas bien. J’étais en dépression. Ça a été très très difficile. Quatre ans, c’est très long. Cinq ans, c’est interminable. Je suis vraiment contente de m’être relevée de ça parce que ce n’était vraiment pas facile”, a-t-elle déclaré.

Mais l’aventure n’est pas encore terminé pour la très compétitive jeune femme de 28 ans. Clarisse Agbégnénou a laissé entendre qu’elle serait de la partie dans trois ans avant une retraite bien méritée.

Avec Starmag

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Dépression et Suicide le vibrant message du comédien Axel Merryl