« Comme Samuel Eto’o…m’a administré mes pires douleurs d’exilé »

Jean-Claude Mbede Fouda, est un expert de Coopération internationale au développement et journaliste italien d’origine camerounaise. 

Activiste, homme politique engagé dans la lutte contre la corruption et défenseur des droits des jeunes et des femmes, Jean-Claude Mbede Fouda est sorti pour faire de surprenantes révélations. 

« En 2021, le Cameroun politique devrait n’avoir que deux camps : le peuple (incarné par l’opposition) et le pouvoir. 

Mais l’opposition m’a fait plus de mal que le pouvoir. Contrairement à ce que je ressentais sinon interpellait un militant du Sdf à l’époque de Ni John Fru Ndi, l’opposition actuelle m’a tellement brimé, insultédiscriminéinfantilisé que je suis devenu amnésique face à tout ce qui peut leur arriver », raconte le journaliste Jean-Claude Mbede Fouda dans une tribune.

« J’en suis même à vouloir souhaiter le pire à tous ceux qui ont volé le titre d’opposant. Eux qui, de nuit vont décaisser des sommes d’argent au cabinet civil ou au MINESUP. Et le jour font semblant d’être opposants. 

Jusqu’en 2018, je me battais pour que le régime actuel change et disparaisse avec le président Biya qu’il ne sert plus à rien de combattre car, son mandat populaire finira de manière anticipée d’ici deux ans. Après la Can tout ira très vite », poursuit l’homme de média. 

Il dit par ailleurs avoir un grand vœu pour l’opposition. « Aujourd’hui, je dors en implorant que ces opposants connaissent le pire. 

Et je le dis du fond de mon cœur. Comme Samuel Eto’o, aujourd’hui, l’opposition actuelle va me subir toute sa vie. Car, comme Samuel Eto’o hier, l’opposition m’a administré mes pires douleurs d’exilé, que je peux pardonner comme chrétien », ajoute ce dernier. 

Ce dernier estime aussi que ce n’est que le pire qui peut arriver aux hommes politiques camerounais actuellement dans l’opposition dans notre pays. « Mais que je leur rappellerai toute ma vie. Ne vous attendez donc jamais à ce que je défende cette opposition. Je lui souhaite le pire », a-t-il conclu.  

Similaires