Malgré l’embargo sur les « produits de luxe » imposé à son pays par le Conseil de sécurité de l’ONU en 2006 et qui est toujours en ­vigueur, la Corée du Nord continue d’importer ces produits.


La preuve, les dernières rencontres du leader nord-coréen avec Donald Trump à Singapour, avec le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo à Pyongyang, ou encore avec Vladimir Poutine à Vladivostok.

Selon le journal français Le Figaro, Kim Jong-Un se fait livrer ses commandes par un navire togolais, après un circuit compliqué. En effet, lors de ces dernières rencontres, Kim Jong-un a toujours débarqué en grosse limousine : une Rolls-Royce Phantom ou une Mercedes blindée, dernière génération.

Lire aussi: Afrique du Sud : traité en « accusé », Jacob Zuma ne veut plus coopérer à l’enquête sur la corruption

Selon Le Figaro, qui se base sur des recherches du Center for Advanced Defense Studies (C4ADS, Centre d’études sur les questions de défense), les derniers véhicules achetés en Europe par la Corée du Nord ont été acheminés en Chine, puis les conteneurs sont partis pour le Japon où ils ont été transbordés sur un navire en partance pour Busan en Corée du Sud.

Le journal précise qu’à peine arrivée à Busan, la cargaison se retrouve sur un cargo battant pavillon togolais en route pour Nakhodka, un port situé sur la côte extrême-orientale de la Russie, non loin de Vladivostok. Le Figaro conclut que les limousines de Kim ont été débarquées en Russie par le cargo togolais, puis acheminées jusqu’à leur destination finale par avion.