Confidences : ”Mon mari a voulu sacrifier notre bébé mais les génies ont refusé…il a donc décidé de ne plus s’en occuper”

Prenant la parole lors de l’audience de son divorce, Dasola Adeosun a choqué l’assistance avec les confidences sur la maltraitance que lui a fait subir son mari.

Selon ses dires, son mari est parti donner en sacrifice leur bébé de deux ans, et est revenu lui dire que l’enfant a été rejeté parce que les génies l’ont trouvé inutile.

À la suite de cela, le monsieur a donc décidé de ne plus élever l’enfant. Et le pire, c’est qu’il avait l’habitude de sentir son pantalon et ses doigts à chaque fois qu’elle voyageait pour vérifier si elle avait couché avec un autre homme.

 « Mon mari m’a épousée vierge il y a environ trois ans et demi et nous avons donné naissance à un enfant de deux ans, Emmanuel. Nous sommes séparés depuis près d’un an et demi et il n’est pas responsable de notre bien-être. Chaque fois qu’il me bat, soit il m’emmène seul à l’hôpital pour me faire soigner, soit il appelle une infirmière pour qu’elle vienne me mettre une perfusion à la maison. J’ai essayé d’endurer ses excès, mais il semble que ma patience ne paie plus.

Après avoir accouché de mon bébé, il a insisté pour emmener l’enfant dans sa maison familiale où, malheureusement, mes affaires ont été incendiées lorsqu’un bâton d’allumettes a été allumé et jeté dans ma chambre par une fenêtre. C’est après cet incident qu’il m’a dit qu’il emmenait l’enfant à Lagos pour des rituels d’argent. Il a fait cette démarche deux fois, mais il est revenu vers moi avec le bébé, qu’on lui a dit que l’enfant n’était pas utile.

Chaque fois que je lui demandais de me donner de l’argent pour m’occuper de notre enfant, il disait : “l’enfant ne m’est pas utile”, et depuis, je fais ce que je peux pour l’enfant. Je ne peux pas contester le fait que ses sœurs ont apporté du matin doré et du lait à l’enfant tous les mois depuis qu’il a commencé à se nourrir d’elles, mais ce n’est pas suffisant. Il ne m’a pas payé de dot avant que nous devenions mari et femme parce que c’est moi qui ai couru », a déclaré Dasola au tribunal.

Similaires