in ,

Coronavirus : La France passe en zone verte, les frontières rouvrent dès ce 15 juin

Un discours pour arrêter, un discours pour repartir. Tout le territoire passe en zone verte demain, à l’exception de Mayotte et de la Guyane, annonce Macron. Les cafés et restaurants pourront rouvrir en Ile-de-France. Il sera également possible de se déplacer entre les pays européens, ainsi que dans les pays hors d’Europe, où l’épidémie est maîtrisée, dès le 1er juillet. Suivez l’évolution de la situation en direct.

Racisme : Sibeth Ndiaye propose de rouvrir le débat sur les statistiques ethniques

La France en vert

Tout le territoire passe en zone verte demain, à l’exception de Mayotte et de la Guyane, annonce Emmanuel Macron. Les cafés et restaurants pourront ainsi rouvrir en Ile-de-France. Les visites en maison de retraite ou établissements de santé pourront de nouveau être autorisées. En revanche, les rassemblements resteront très encadrés, souligne le président de la République.

Un retour à l’école dès le 22 juin

“Dès demain, en Hexagone comme en Outre-Mer, les crèches, écoles et collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normale”, a assuré le chef de l’Etat.

Royaume-Uni / Brexit : une rencontre sur les négociations fixée le 15 juin

Les frontières françaises avec l’Europe rouvrent le 15 juin à minuit

Dès le lundi 15 juin à minuit, la France rouvre ses frontières à l’Europe avec un principe de réciprocité. Concrètement, chaque résident en provenance d’un pays de l’espace européen, qui a lui-même ouvert ses frontières à la France, pourra entrer sur le territoire, sans restriction. Mais ce nouveau pas vers un retour à la vie normale peut se transformer en un véritable casse-tête pour les globe-trotters, tant les restrictions et les conditions diffèrent d’un pays à l’autre.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Allemagne / Coronavirus : 192 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures

Boris Johnson : on ne peut pas “retoucher” l’histoire