in

Coronavirus : L’ONU met en garde le monde contre une “catastrophe” humanitaire

La pandémie de coronavirus pourrait presque doubler le nombre de personnes dans le monde confrontées à une faim aiguë, a déclaré mardi le Programme alimentaire mondial des Nations unies, son directeur mettant en garde contre l’imminence d’une “catastrophe humanitaire mondiale”.

10 pays perdent leur droit de vote à l’ONU

 

“Nous sommes au bord d’une pandémie de faim”, a déclaré David Beasley, directeur exécutif du PAM, au Conseil de sécurité des Nations unies lors d’une vidéoconférence.

Cette mise en garde est intervenue au moment où le PAM et d’autres partenaires publiaient un nouveau rapport sur les crises alimentaires dans le monde qui prévoyait une croissance explosive du nombre de personnes menacées d’une “insécurité alimentaire aiguë“. Le quatrième rapport mondial annuel sur les crises alimentaires indique que ce nombre était déjà en augmentation l’année dernière avant l’apparition du nouveau coronavirus.

Mais l’impact économique du COVID-19 devrait, selon le PAM, faire passer le nombre de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire de 135 millions en 2019 à 265 millions cette année, ce qui est déjà le chiffre le plus élevé depuis quatre ans que le rapport a été préparé.

“Avec le COVID-19, je tiens à souligner que nous ne sommes pas seulement confrontés à une pandémie sanitaire mondiale, mais aussi à une catastrophe humanitaire mondiale”, a déclaré M. Beasley. “Des millions de civils vivant dans des pays en proie à des conflits, dont de nombreuses femmes et de nombreux enfants, risquent d’être poussés au bord de la famine, le spectre de la famine étant une possibilité très réelle et dangereuse”, a-t-il déclaré.

“Dans le pire des cas, nous pourrions être confrontés à la famine dans une trentaine de pays, et en fait, dans dix de ces pays, plus d’un million de personnes par pays sont déjà au bord de la famine”.

Si l’on compare les 50 pays figurant dans les rapports de cette année et de l’année dernière, le nombre de personnes en crise alimentaire a augmenté de près de 10 %, pour atteindre 123 millions de personnes.Cette augmentation est due aux conflits, aux chocs économiques et aux événements climatiques tels que la sécheresse.

Des centaines de milliers d’enfants risquent de mourir en 2020, selon Antonio Guterres

 

Selon le rapport, 183 millions de personnes supplémentaires risquent de sombrer dans la crise alimentaire “si elles sont confrontées à un choc ou à un facteur de stress supplémentaire”. Le COVID-19 pourrait facilement se révéler être un tel choc, à la fois parce que les malades submergent les hôpitaux et parce que les gouvernements imposent des fermetures qui ont perturbé l’économie et jeté les gens au chômage.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le patron de la BAD accusé de népotisme, manœuvre politique ?

Togo : Compassion International recrute (21 avril 2020)