Côte d’Ivoire : après la FIF, un nouveau président élu au Comité national olympique

Le Comité national olympique (CNO) a procédé à l’élection du président de l’institution, le samedi 30 avril 2022. Les hostilités se sont déroulées à Abidjan. Au terme de l’élection, le président de la Fédération ivoirienne de tennis, Me Georges Joseph N’Goan, a été élu, succédant au général Lassana Palenfo, en poste depuis 2000.

Me Georges N’Goan, vice-président du CNO sortant, a été élu au deuxième tour du scrutin, avec 17 suffrages exprimés face à Lucien Kouakou, président de l’Académie nationale olympique, crédité de 11 voix sur 28 votants, à l’issue d’une Assemblée générale ordinaire élective.

Au premier tour du vote, Me Georges N’Goan est arrivé en tête des trois candidats en lice avec 11 voix contre 10 voix pour M. Lucien Kouakou Koffi et sept voix pour Bamba Cheick Daniel, vice-président de l’Union africaine de Taekwondo, éliminé au premier tour. Pour remporter le vote au premier tour, le candidat classé premier devrait obtenir 15 suffrages exprimés sur 28. Mais, aucun candidat n’ayant atteint ce score, un deuxième tour a été organisé donnant Me N’Goan vainqueur.

Le nouveau président du Comité national olympique remplace à la tête de l’organisation l’intendant général Lassana Palenfo. Âgé de 81 ans, aujourd’hui, l’officier supérieur, qui porte une canne, a décidé de se retirer de la tête du CNO.

Après son élection, Me Georges N’Goan a félicité le général Palenfo pour son leadership, avant d’annoncer qu’il organisera une journée pour lui rendre hommage au regard du travail abattu, au plan local et international pour l’institution.

Dans la même lancée que son prédécesseur, Georges N’Goan veut redynamiser le Comité national olympique. Cet avocat de formation a promis aménager le dispositif juridique, d’ailleurs en cours, pour impulser la faîtière olympique.

Le général Lassana Palenfo s’est réjoui de ce que Me Georges N’Goan soit élu, laissant entrevoir que ce proche collaborateur était son choix parce que connaissant l’esprit olympique. Pour lui, M. Lucien Kouakou qui a fait 32 ans dans la maison olympique constituerait la “mémoire”.

Pour sa part, le Béninois Julien Minavo, supervisant le scrutin pour le compte du Comité international olympique, et de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique, s’est dit “fier” du vote qui a eu lieu dans le fair play.

“Quelle fierté, quel bonheur et quelle satisfaction. Vous m’avez beaucoup fait honneur”, a-t-il lancé faisant observer qu’il serait judicieux que Me N’Goan coopère avec M. Kouakou, enseignant-chercheur et professeur d’université sinon il perdrait “énormément”.

“Alliant le sport à la culture et à l’éducation, l’olympisme se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple, la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux usuels”, a déclaré le général Palenfo. Le président du Comité national olympique est élu pour un mandat de quatre ans. Avant son départ de la présidence du CNO, le général Palenfo a conçu un siège de l’organisation qui devrait être réalisé sous les auspices du ministère des Sports.

Similaires