Dans un entretien, ce dimanche 10 février, en marge du 32e Sommet de l’Union africaine, le Président Alassane Ouattara s’est prononcé, au micro de nos confrères de RFI, sur la démission de Guillaume Soro, à la tête de l’Assemblée nationale ivoirienne le vendredi dernier.

Pour le chef de l’Etat et président du parti RHDP unifié, les rumeurs faisant état de la démission ‘forcée’ de l’ex-chef de la rébellion ivoirienne  sont fausses.



monnaie cedeao, abuja, sommet cedeao
Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire / Illustration

« Non, je ne suis pas homme à faire ça. Forcer qui que ce soit. Nous avons eu de bons entretiens, il m’a confirmé tout cela. Il m’a dit qu’il va prendre un peu de temps. Il envisage de faire des études de MBA à Harvard et après on verra. Je n’exclus pas qu’il revienne à la maison d’ailleurs », a dit Alassane Ouattara.

« J’ai beaucoup d’estime pour Guillaume Soro. C’est un jeune homme que je considère comme un de mes fils. Vous avez, j’en ai beaucoup au niveau de mon parti », a indiqué M. Ouattara.

« Il a été courageux, il a fait un travail important. Il était engagé contre ‘l’ivoirité’ et c’était la chose qui l’a amenée vers moi comme beaucoup de jeunes. Maintenant que ces problèmes sont derrière nous. Évidemment, s’il veut mener une carrière politique conformément à ses convictions politiques qui ne sont pas des convictions libérales sociales, il est libre de le faire ».