Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, « on ne dirige pas un pays dans l’arrogance »

Selon des informations relayées par le site, linfodrome, Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, a tenu à recentrer le débat sur sa démission, lors d’une visite chez ses parents à Ferké, où il s’est entretenu avec les chefs traditionnels, cadres, élus et leaders de jeunes et de femmes de la région de Gboklè.

Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, Alassane Ouattara
Guillaume Soro lors de sa visite chez ses parents

« Allez dire aux parents du Gboklè que vous avez trouvé un homme soulagé, qui se porte bien dans sa tête, un homme libre pour s’assumer, pour assumer son destin. On ne va plus travailler pour quelqu’un, on est nous-mêmes quelqu’un (…). Dites à ceux qui vont vous envoyer des coups de fil, que vous êtes venus chez Guillaume Soro, a déclaré Guillaume Soro. Les gens font comme s’ils sortent de Jupiter. Nous sommes en Côte d’Ivoire depuis qu’on est né. On a vu Félix Houphouët-Boigny, on n’était pas d’accord, et on n’est pas mort. Pourquoi, c’est maintenant qu’on va mourir ? On ne peut pas venir nous effrayer ! Moi, je n’accepte pas cela », a mis en garde Guillaume Soro.

Lire aussi  Togo-Atakpamé : les enjeux du nouveau code foncier et domanial expliqués aux populations à la base

Pour le député de Ferkessedougou, le pouvoir n’est qu’éphémère et s’y attacher ne servirait à rien. Faisant sûrement allusion à Alassane Ouattara et à Adjoumani (porte-parole principal du Rhdp), qui dernièrement s’en sont pris à Soro.

Lire aussi Ruiné après le divorce avec son ex-épouse, Emmanuel Eboué se remarie ce samedi 

« Je n’arrive toujours pas à m’expliquer pourquoi on s’attache tant que ça au pouvoir. Tout ça va finir un jour. Pour moi, c’est fini. Mais pour les autres, ça va finir aussi. Allons, doucement, faisons doucement ! Avant toi, il y a eu beaucoup de ministres et il y en aura après. En Côte d’Ivoire, il y a eu beaucoup de présidents. Il y a un même qui est vivant. Cherchons la réconciliation, ne cherchons pas à humilier les autres. On humilie, on méprise les gens, ce n’est pas bon (…). On ne dirige pas un pays dans l’arrogance », a-t-il déclaré.

Plus d'articles
Bénin : le père de Lionel Zinsou admis à l’Académie française de chirurgie