Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo ouvre la voie du dialogue avec Alassane Ouattara

Le Président Laurent Gbagbo est prêt à entamer des discussions avec le Président Alassane Ouattara dans le cadre de la réconciliation nationale, a annoncé le docteur Assoa Adou, secrétaire général du front populaire ivoirien lors d’une conférence de presse ce lundi 27 mai 2019 à Abidjan.

« Le Président Laurent Gbagbo nous a demandé de dialoguer avec tout le monde y compris le RHDP car le pays traverse une situation grave», a déclaré le Dr Assoa Adou.

Avant d’ajouter, «ce sont eux qui sont au pouvoir. Allez leur dire que nous sommes prêts à dialoguer avec eux pour la réconciliation vraie ».

En effet, les relations entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara sont exécrables depuis l’éclatement de la crise post-électorale de 2010-2011 née du refus de ce dernier d’accepter sa défaite à l’élection présidentielle face au Président Laurent Gbagbo.

Victoire pourtant confirmée par le Conseil constitutionnel, la plus haute juridiction du pays dont les délibérations ne souffrent aucune contestation.

La suite on la connaît : arrestation et transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la CPI après bombardement de son palais par les forces françaises et l’ONU, puis son acquittement de toutes les charges et sa libération sous conditions par la CPI.

C’est donc fidèle à sa politique du « asseyons-nous et discutons », que le Président Gbagbo a instruit son parti à discuter avec le parti au pouvoir et toutes les formations politiques de l’opposition dans le cadre de la réconciliation nationale véritable.

« Nous irons vers toutes les formations politiques et civiles, nous entamerons des tournées nationales pour sensibiliser les Ivoiriens sur la nécessité d’aller à la réconciliation nationale », a annoncé le Dr Assoa Adou.

La réaction du Président Alassane Ouattara et de son parti le RHDP, est attendue face à cette main tendue sans précédent du Président Laurent Gbagbo et de son parti.

Plus d'articles
Tottenham : José Mourinho sort du silence et clarifie l’affaire « Gareth Bale »