Côte d’Ivoire : Les victimes de Guillaume Soro  lèvent la voix

Alors que Guillaume Soro mène plusieurs tractations pour se faire des alliés afin de participer à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, des voix s’élèvent contre l’ancien chef rebelle. Le mouvement “Les victimes de Guillaume Soro”, réclame justice pour les personnes victimes de la rébellion de septembre 2002 conduite par Guillaume Soro.

Togo : le nouvel ambassadeur du Gabon a pris fonction

Le but de cette sortie est de rappeler le rôle que l’ancien Premier ministre ivoirien a joué dans la crise et le moment d’instabilité qu’a connu la Côte d’Ivoire. Kader est revenu sur des faits marquant de la rébellion notamment la casse de la BCEAO et la mort d’IB.

Selon Afrique Sur 7, pour le président du VGS, Soro est le cerveau du fameux « braquage » de la BCEAO lors de la crise, à Bouaké. << La casse de la BCEAO lors de la rébellion a été planifiée au siège du secrétariat général des Forces nouvelles en 2003. Le 19 septembre 2003, a eu lieu la première réunion secrète. La casse de la BCEAO a été pilotée par les responsables des Forces nouvelles avec Guillaume Soro à la tête sous le fallacieux argument d’acheter des armes pour la rébellion, a soutenu Doumbia Kader.

Togo : voici les nouveaux prix des produits agricoles par région

Quant au meurtre d’Ibrahim Coulibaly dit « IB », Doumbia Kader déclare Soro comme auteur de sa mort. << Guillaume Soro a fait assassiner IB. IB n’a pas été tué au combat. IB s’est bel et bien rendu. Il a été attrapé, torturé et tué. Son cœur arraché et emporté. Ceux qui l’ont attrapé, ont communiqué avec Guillaume Soro avant son assassinat >>, a relaté le président de VGS.

Plus d'articles
Elim CAN 2021 : la liste des éperviers pour affronter les Comores et le Kenya