Côte d’Ivoire : l’ex-rebelle Doumbia Major fait des révélations sur Guillaume Soro

L’ex-rebelle Doumbia Major fait à nouveau parler de lui en s’attaquant de plus belle à son compagnon de rébellion Guillaume Soro. Il récuse la bonne foi de l’ex président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire qui souhaite la réconciliation et fait d’autres révélations sur son passé.

En effet, dans un entretien accordé ce vendredi 26 avril 2019 au quotidien, « Fraternité Matin », celui qui parait, au regard du systématisme dans ses déclarations, “en mission pour casser du Soro”, charge à nouveau son ancien compagnon.

Le président du Congrès pour le renouveau africain (CPR) doute de l’appel à la réconciliation de l’ex chef du parlement ivoirien qu’il prône depuis ces dernières années. Il affirme qu’elle est purement politique.

« La réconciliation de Guillaume Soro est une réconciliation purement politique. Comment approcher le peuple bété pour avoir quelques voix là-bas, comment aller vers tel ou tel peuple pour piocher des voix, tout cela est purement politique, une instrumentalisation du discours de la réconciliation », a-t-il indiqué.

Doumbia Major accuse Soro et ses proches d’avoir commis des assassinats. Donc pour lui ce dernier ne peut se réclamer d’être un démocrate.

« Je parle avec des preuves, sur la base de faits. Quand je dis qu’ils ont pris Koné Morel, un étudiant, qu’ils ont mis en prison, puis extrait de la prison pour le tuer, c’est la vérité (…) Quand je dis que Koné Moussa Barbu a été pris en prison à Bouaké et qu’ils sont allés l’exécuter sommairement (Amnesty International en a parlé), c’est avéré. Des gens ont été arrêtés et mis dans des conteneurs. Ils ont été exposés au soleil pour qu’ils meurent déshydratés et par asphyxie. Ce sont des faits », a-t-il révélé, avant d’ajouter.

« Quand vous avez été à la tête du commandement de toutes ces actions, vous ne pouvez pas venir dire aux Ivoiriens que vous êtes un démocrate. »

Une guerre qui ne dit pas son nom semble être ouverte entre ces deux vieux copains au moment où Guillaume Soro lui s’est décidé à vraiment se lancer dans la course à la présidentielle de 2020.

Plus d'articles
Samuel Eto’o : “José Mourinho est le seul entraîneur capable de le faire”