En Côte d’Ivoire, l’élection présidentielle de 2020 est dans tous les esprits. Pour cause, la question relative aux potentiels candidats à ce scrutin, qui verra peut-être s’affronter encore une fois « des éléphants de la politique ivoirienne », n’est pas encore éclaircie.


Mais en attendant cette échéance, l’ex-Premier Dame, Simone Ehivet Gbagbo, vient de jeter un pavé dans la mare, en annonçant la participation du Front Populaire Ivoirien (FPI) aux élections de 2020 avec des conditions.

Lire aussi : Togo / 6 mois du Gouvernement Klassou II : le Président Faure Gnassingbé félicite ses ministres

«Je tiens à le dire haut et fort, le FPI prendra part aux élections de 2020», aurait-t-elle déclaré, rapporte Koaci, qui cite des sources concordantes.

En effet, l’épouse de Laurent Gbagbo, dont la candidature est souhaitée par ses proches, a conditionné cette participation par une véritable réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

« Vous savez que la réforme de la CEI n’est pas encore faite, et pourtant c’est un préalable à la tenue d’élections libres et démocratiques », a-t-elle relevé.

Lire aussi : Togo : un braqueur, d’ethnie peulh, arrêté par la police …échanges de coups de feu

La loi sur la nouvelle composition de l’organe en charge des élections est, en vue de celles de 2020, contestée par la grande partie de l’opposition ivoirienne et la société civile.

Après un rejet d’une contestation par le Conseil constitutionnel, la loi sur la recomposition de la CEI a été promulguée mardi dernier par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

Mais reste à savoir si les choses en restaient là, avec cette promulgation du Président Alassane Ouattara, le FPI participerait aux prochains scrutins avec cette déclaration de Simone Gbagbo.