La localité de Béoumi est depuis la matinée de ce mercredi 15 mai confrontée à une situation de conflit inter ethnique entre les autochtones Baoulé (Gôdê) et les allogènes Malinké (Dioula).

Selon des témoignages recueillis sur place par les confrères du site d’information Koaci, la situation aurait dégénéré lorsqu’un conducteur de moto-taxi local, issu de l’ethnie Baoulé, a voulu transporter un passager qui se trouvait à la gare de Massa, dirigée par des allogènes Dioula, pour sa destination. Cette action, loin d’être appréciée par le syndicat des transporteurs, qui voie d’un mauvais œil, les moto-taxis, s’accaparer de leurs clients.



« Tous ceux qui font des activités de moto-taxi ici à Béoumi, sont des jeunes Baoulé. Les chauffeurs de Massa disent que les moto-taxis ne doivent pas avoir accès à leur gare. À la suite des échanges avec le jeune Baoulé, celui-ci se rendait au commissariat de police pour expliquer la situation et c’est en cours de route qu’il a été sauvagement tailladé à coups de machette par un jeune de la gare de Massa», témoigne un habitant de Béoumi.

Après cette action menée contre le conducteur de moto-taxi qui a été transporté d’urgence à Bouaké pour des soins, des engins à deux et trois roues, qui appartiendraient aux Baoulés, ont été saccagés et brûlés. Des voitures, maquis, magasins, boutiques et bien d’autres propriétés des autochtones ont été détruits.

Des barricades sont érigées dans toutes les rues, avec des jets de pierres de part et d’autre. Les nombreux commerçants, venus y faire leur vente ce jour de marché, ont déserté le site.

La localité de Béoumi est plongée dans une situation très confuse avec des habitants qui, certes sur le pied de guerre, se regardent en chiens de faïence avec des victimes enregistrées dans cette matinée de conflit.

Un impressionnant dispositif des forces de défense et de sécurité, parti de Bouaké, serait en route pour calmer les ardeurs à Béoumi.