>

Coup de tête de Zidane, Darwin, morsure de Suarez… : Top 10 des fautes violentes du football

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Sur un terrain de football, il arrive que les joueurs perdent parfois la tête. Ils nous font vivre des moments de tristesse comme ce fut le cas avec Darwin Nunez en Premier League le week-end dernier. Et dans l’histoire du football, il n’est ni le premier ni le dernier à se remarquer ainsi.

Voici le top 10 des fautes les plus violentes qu’a connu l’histoire de la discipline.

1. Le coup de tête de Zidane sur Materazzi

Il reste le plus célèbre de l’histoire du football, même si Darwin veut l’imiter. L’origine de l’agression de Zidane sur Materazzi lors de la finale de la Coupe du monde 2006 entre la France et l’Italie est un dialogue qui a allumé la mèche après plusieurs affrontements : « Tu veux ma chemise ? Je te le donnerai plus tard », a dit Zizou à l’Italien avec ironie. « Je préfère avoir ta sœur plutôt que le maillot », a répondu le défenseur central. Et Zidane, un homme pacifique, a explosé et a été expulsé. Son image désolée défilant vers le vestiaire à côté de la Coupe du monde était la triste photo finale de son dernier match en tant que footballeur.

2. La morsure de Luis Suárez sur Chiellini

La morsure “incisive” de Luis Suárez sur Giorgio Chiellini lors du match Uruguay-Italie en phase de groupes de la Coupe du monde 2014 est aussi dans les annales. L’ancien joueur d’Azulgrana, avec qui Darwin partage un pedigree commun de buteur, la nationalité uruguayenne et un passage à Liverpool, se bousculait avec le défenseur central italien et n’a eu d’autre choix que de le sortir avec les dents. La FIFA lui a imposé une interdiction de quatre mois sans football et sans même être autorisé à entrer dans les stades et de neuf matchs à Suárez, qui a signé au Barça cet été-là. Après la sanction, le président uruguayen Pepe Mújica a qualifié la FIFA de « bande de vieux fils de pute ».

3. Le coude de Tassotti sur Luis Enrique

Si Materazzi et Chiellini ont été les éliminés dans les deux cas précédents, cette fois, c’est un italien qui a été l’agresseur dans l’un des coudes les plus célèbres de l’histoire du football : celui de Tassotti à Luis Enrique en quart de finale de la Coupe du monde 1994 entre l’Italie et l’Espagne. Enrique a fini avec un nez cassé et l’Espagne a été éliminée. L’ancien défenseur de la Lazio et du Milan a été condamné à huit matchs de suspension de l’équipe nationale italienne.

4. Le piétinement de Juanito sur Matthäus

Juanito a été possédé lors du match aller de la demi-finale de la Ligue des champions 1987 entre le Real Madrid et le Bayern, les Allemands allant en finale. Après un vilain tacle sur Chendo, il a poussé Lothar Matthäus, qui est tombé au sol. Une fois au sol, Juanito lui marche sur la tête à deux reprises et est expulsé et interdit de jouer en compétition européenne pendant cinq ans. Il quitte Madrid la même année. Le Malagueño est un récidiviste, puisqu’en 1978 il avait déjà été suspendu pour deux ans pour une agression sur un arbitre lors du match Grashoppers-Real Madrid, ce qu’il avait nié.

5. Le piétinement de Stoichkov sur Urízar Azpitarte

Si Hristo Stoichkov est devenue une idole et un symbole de Barcelone, c’est à cause de son attitude impétueuse. Mais cela lui joue parfois des mauvaises tours comme lors du match aller de la Supercoupe d’Espagne 1990 contre le Real Madrid au Camp Nou. L’arbitre, Urízar Azpitarte, n’a pas signalé une faute de Chendo sur le Bulgare, ce qui a entraîné une protestation de Johan Cruyff qui a coûté un carton rouge au Néerlandais. Stoichkov ne se taisant pas, il a été expulsé à son tour. Mais il a donné un coup de pied à l’arbitre, ce qui lui a valu une suspension de six mois. Près de 30 ans plus tard, le grand attaquant bulgare s’est excusé et Urizar a accepté ces excuses.

6. Le coup de poing de Romario à Simeone

Dans le football, les joueurs ont plusieurs manières d’être agressifs, et le coup de poing que Romario a lancé à Simeone lors d’un match Séville-Barça en 1994 en fait partie. Une semaine seulement après l’inoubliable triplé du Brésilien contre le Real Madrid lors de la victoire 5-0 au Camp Nou, pimenté par la queue de vache. Déjà hors-jeu, et alors que le score est de 0-0, Romario a répondu aux provocations de l’Argentin par une action sans ballon en jeu, en allant droit sur lui et en le frappant en plein visage avec son pied gauche. Selon le Brésilien, il a insulté sa mère et lui a dit qu’il avait du “sang de cafard”. Il a reçu une suspension de quatre matchs.

7. Le coup de pied de Beckham à Simeone

L’entraîneur de l’Atlético a aussi été impliqué en tant que victime dans un coup de pied. Puisque le jeune David Beckham, alors âgé de 23 ans, a perdu son sang-froid lors d’un match Argentine-Angleterre en huitième de finale de la Coupe du monde 1998. Alors que le score est de 2-2, Simeone commet une faute sur l’Anglais et depuis le sol il a balancé sa jambe en l’air pour frapper l’Argentin au niveau du genou. Il est expulsé et l’Argentine se qualifie pour les quarts de finale aux tirs au but. Des années plus tard, en tant qu’entraîneur des Colchoneros, Simeone a admis avoir provoqué l’Anglais.

8. Le coup de pied volant de Cantona sur un fan

Le coup de pied d’Eric Cantona est pour beaucoup le plus célèbre de l’histoire du football. Et ce n’était pas à un joueur adverse, mais à un fan de Crystal Palace. Comme un joueur de taekwondo en 1995 il a percuté le fan après avoir été expulsé. « Retourne dans ton propre pays, espèce de salaud, retourne en France », lui a dit le fan.

9. Pepe a perdu la tête et a failli faire perdre la tête à Casquero

Ancien joueur du Real Madrid, le Portugais a fait résonner la tête de Javier Casquero des coups de pied répétés qu’il a reçu au sol lors du match Madrid-Getafe de 2009. C’était son seul carton rouge direct à la maison blanche, ce qui lui a coûté une suspension de 10 matchs. Toutefois, celui-ci l’a marqué à vie, bien que le piétinement de Messi aurait pu lui en coûter un autre. Dans de rares cas comme celui-ci, les images d’une vidéo valent mille mots.

10. Le coude de Javi Navarro sur Arango

Pour ce coude, le ballon était en jeu. Mais l’agressivité du geste de Javi Navarro à Juan Arango lors d’un match Majorque-Séville en 2005 a envoyé le Vénézuélien, inconscient, à l’hôpital. Il faut dire que Navarro s’est vite rendu compte de l’impact de cette action et s’est empressé de venir au secours de l’attaquant. Par ailleurs, Navaro a également attrapé Luis Enrique par le cou lors d’un match Barça-Séville et a enfoncé ses doigts dans l’œil de Webó, qui lui a mordu la main, à une époque où les matchs Osasuna-Séville étaient un peu moins sanglants. Javi Navarro a été condamné à cinq matchs de suspension pour son coup de coude sur Arango.

2021 © L-FRII MEDIA