Dans un tweet sans état d’âme, John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, a été viré par le 45e président des États-Unis ce mardi. Ce proche des néoconservateurs et partisan d’une ligne dure en matière de politique étrangère était un faucon parmi les faucons de l’administration Trump.

Lire aussi : Prélim. Mondial Qatar 2022 : Victoire des Eperviers du Togo à Kégué



Le Président a invoqué des « désaccords » entre lui et son conseiller nommé le 9 avril 2018 (Bolton était alors le 4e à occuper ce poste depuis l’élection de Trump, après les généraux Flynn, Kellogg et McMaster). John Bolton a assuré, peu après le tweet présidentiel, avoir lui-même proposé sa démission.

Le dossier afghan

La décision de Donald Trump ne surprend qu’à moitié. Visiblement, John Bolton avait été mis sur la touche à cause de son positionnement jusqu’au-boutiste sur la question afghane et de sa réticence devant les efforts diplomatiques engagés par Washington depuis l’été 2018 pour parvenir à un accord avec les talibans. Un accord qui relève avant tout de la politique intérieure américaine et de la perspective de la campagne électorale de 2020. Trump n’a-t-il pas promis, à maintes reprises, à ses électeurs de réduire la présence militaire américaine en Afghanistan ?

Lire aussi : 600 pèlerins de retour de la Mecque échappent à un crash d’avion ce samedi

Le week-end dernier, l’annulation surprise d’un sommet jusqu’alors secret entre Trump, le président afghan Ghani et des chefs talibans, semblait avoir conforté la posture belliciste de John Bolton qui refusait, non pas une réduction des effectifs américains sur place, mais tout accord avec les talibans à qui, selon lui, on ne peut faire confiance.

Divergences nombreuses

Mais les « désaccords » semblent avoir été plus profonds, tant avec Donald Trump qu’avec Mike Pompeo, le secrétaire d’État chargé des Affaires étrangères dont l’influence discrète grandit au sein de l’équipe rapprochée du président américain.

Lire aussi : L’immense fortune estimée de Samuel Eto’o !

Ces désaccords portent, non seulement sur l’Afghanistan, mais aussi sur les dossiers de l’Iran (Bolton préconisait une frappe aérienne en riposte à la destruction d’un drone américain par les Iraniens), du Venezuela (il souhaitait prépositionner une brigade de combat en Colombie voisine), de la Corée du Nord (Bolton aurait contribué à torpiller le rapprochement avec Kim Jong Un). Autant de dossiers que Donald Trump entend gérer à sa guise et, il faut l’espérer, de manière plus apaisée.

Avec Ouest-France