Coup de tonnerre : le Real Madrid se prépare à ne pas jouer la Ligue des champions les saisons à venir

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le conseil d’administration du Real Madrid a entamé une réorganisation de ses finances, lui permettant de couvrir plusieurs saisons sans jouer l’UEFA Champions LeagueLe club madrilène veut relancer le projet de l’European Super League. Les madrilènes sont conscients qu’il pourraient être exclus de la Ligue des Champions pendant plusieurs saisons.

Pour l’instant, le tribunal arbitral du Sport doit trancher après l’audience, au Luxembourg, opposant les partisans de la Super League à ceux de l’UEFA. L’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne est attendu fin 2022 ou début 2023. Les dirigeants madrilènes sont conscients que si l’UEFA gagne ce procès, l’une des conséquences sera comme punition majeure : une exclusion pure et simple de la Ligue des Champions, pour une ou plusieurs années. Un scénario que les merengues ont anticipé financièrement, puisque le club dispose dans ses caisses de près de 780 millions d’euros de liquidités, ainsi que de facilités de crédit non utilisées, ce qui explique le calme plat lors des derniers mercatos.

Depuis 2019, le club n’a quasiment rien dépensé en terme de solde de transferts, avec des réductions salariales, ainsi que 180 millions d’euros de bénéfices lors des dernières ventes réalisées par le club. La direction des Blancos travaille dans le but de doubler la valeur du club avant 2025, et la Super League ainsi que l’achèvement du nouvel Estadio Santiago Bernabéu, pour lequel elle puiserait également dans sa trésorerie, va dans ce sens.

La projection faite, est que ces deux projets entrepris apporteront un revenu supplémentaire par an, qui multiplierait par deux, le chiffre d’affaires annuel du club, afin d’atteindre les 1000 millions d’euros.

Enfin, le club 14 fois champion de la compétition, a déjà accumulé suffisamment de fonds propres, afin d’affronter une saison entière avec le même volume de dépenses courantes sans recevoir pratiquement un seul euro ; lui permettant ainsi, de maintenir un certain excédent tout en s’efforçant de réduire son ratio d’endettement à zéro, ce qui lui confère la meilleure côte de crédit pour les futurs prêts bancaires.