Coup d’Etat au Soudan : Les autorités de transition dissoutes ; l’état d’urgence déclaré

Des hommes armés ont arrêté, tôt ce lundi 25 octobre au matin, plusieurs dirigeants soudanais, dont le Premier ministre, après des semaines de tensions entre les autorités militaires et civiles de transition.

Quelques heures après le coup de force, le général soudanais Abdel Fattah al-Burhan, qui dirigeait le Conseil de transition, annonce la dissolution du Conseil ainsi que du gouvernement.

Il déclare aussi qu’un état d’urgence est décrété dans l’ensemble du pays. Il ajoute enfin qu’un « gouvernement de personnes compétentes » va être formé.

En bref, les militaires reprennent le contrôle, résume le correspondant de la RFI qui rapporte l’information.

Le général a réitéré son attachement à « la transition vers un État civil » et promis de créer les nombreuses institutions étatiques, comme la Cour suprême, qui auraient dû voir le jour il y a plusieurs mois, selon le calendrier de transition acté après le renversement de l’autocrate Omar el-Béchir en 2019.

Le président français Emmanuel Macron condamne et appelle « au respect de l’intégrité du Premier ministre ».

« J’exprime notre soutien au gouvernement de transition soudanais et appelle à la libération immédiate et au respect de l’intégrité du Premier ministre et des dirigeants civils », a souligné le président français dans un tweet.

Plus d'articles
Coco Emilia : “Mon mari vient de m’interdire de …’’