Couples : ces signes qui montrent que vous êtes victime de “breadcrumbing”

L’amour obscurcit souvent notre jugement. C’est d’autant plus vrai quand il s’agit d’un crush qui fait le beau et le mauvais temps. Il devient alors compliqué de savoir si le sentiment que vous ressentez est réciproque. C’est exactement l’essence de cette tendance amoureuse toxique qui est le “breadcrumbing“. 

Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit du fait de vous donner quelques miettes afin de vous laisser espérer aboutir à une relation sérieuse. Cela sans que votre crush ne s’investisse réellement ou ne fasse aucun réel effort pour bâtir la relation.

Le premier signe pour savoir si vous êtes victime de “breadcrumbing” se situe au niveau des actions de l’autre. Généralement, ses actions et ses paroles divergent de beaucoup. Son objectif est de maintenir votre intérêt et vous faire espérer sans réellement s’engager. Il y a également des contradictions dans sa communication. 

“Il ou elle vous en donne juste assez pour que vous pensiez qu’il est intéressé, suivi de périodes de silence complet pour vous repousser. Lorsque la personne sent qu’elle est en train de vous perdre, elle recommence à vous accorder de l’attention jusqu’à ce qu’elle sente que vous êtes réengagé·e“, explique la thérapeute conjugale Kimberly Panganiban.

Un flirt excessif est aussi un signe distinctif du fait que vous soyez victime de “breadcrumbing“. Ici, votre crush préfère la parole à la rencontre et aucune date ne se concrétise jamais. Vient ensuite les faux-plans. 

Il est quasiment impossible d’organiser un rendez-vous si vous êtes la victime d’un “breadcrumbing“. Seulement, si jamais cela arrive, attendez-vous à des faux plans.

Il aura toujours une bonne raison pour annuler un rendez-vous. La seule exception est le sexe. Si c’est juste pour un “plan cul”, alors le rendez-vous aura bien lieu. Ajoutons également le secret parmi les signes auxquels vous devrez faire attention. “Ils vous tiennent intentionnellement à distance parce qu’ils ne veulent pas être trop proches de vous”, affirme Kimberly Panganiban.

Similaires